Si c’est vrai le ministre des Finances aurait-il la dignité de démissionner ou faire chasser ce farfelu de contrôleur financier plus royaliste que le roi que de jouer les faires valoir par cet acte inqualifiable.

Au Tchad et ces âneries en tour genre

Voilà une illustration parfaite de la mal gouvernance institutionnalisée érigée en système d’État, par l’actuel pouvoir au Tchad.

Oumar ARDJA TIDY, un contrôleur financier au ministère des Finances et du Budget, et par ailleurs neveu du dictateur tchadien, se substitue au ministre et s’arroge les prérogatives de ce dernier.

Les nominations de chefs de service et chefs de service adjoints ne sont-elles dévolues, par prérogatives, au ministre ?

Le rôle du contrôleur financier ne se limite-t-il à présenter au ministre, le projet de nominations et, si besoin il y avait, l’éclairer sur les choix faits en s’appuyant objectivement sur les notes d’évaluation des agents ?

Mahamat Saleh Abdelrahim Dahab

Militant pour la Bonne Gouvernance

1532 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article