Un leurre, une désinformation pour casser la dynamique autour de l’arrestation des 03 opposants arrêtés au Niger. Depuis leur arrestation, plusieurs organisations politiques tchadiennes et de droits de l’homme sont montées au créneau pour dénoncer la duplicité du Niger avec le Tchad envers les opposants au régime de N’Djamena. La pression est tellement forte que le président nigérien Mahamadou Issoufou fut interrogé par ses services sur l’attitude à tenir. Selon nos sources, très flegmatique, le président nigérien avait demandé un une réflexion pour voir clair dans cette affaire que N’Djamena trop pressé, envoi illico le directeur adjoint de l’ANS (police politique du régime) à Niamey où d’ailleurs se tient paradoxalement un atelier sur les droits de l’homme. Depuis samedi dernier, le DGA de l’ANS n’a pas eu une réponse claire sur l’aspect coopération juridique qu’avance N’Djamena pour avoir la peau de Mr Boulmaye et ses adjoints. Alors, la truffe est lancée pour divertir tout le monde sur une prétendue extradition de nos camarades vers le bagne de Koro-Toro. Le message que nous mettons en annexe est totalement faux. D’autant plus que nos correspondants au sein de l’aviation indiquent qu’aucun avion spécial n’est venu du Niger dans l’espace aérien tchadien, et que la piste de Ouadi Doum est actuellement momentanément impraticable. À N’Djamena où une cellule travaille à plein temps, désavoue aussi cette information. Alors que nous vaut ce ballon pour dégonfler la pression ? Justement, il est question de décourager la dynamique mise en place et faire croire que cette affaire est finie. Les 03 opposants sont beaux et bien dans les cellules des renseignements généraux du Niger à Niamey. Gardons la foi et continuons à dénoncer sans ambages cette forfaiture. Document administratif et de voyages en main, ils sont tous reconnus par les instances de l’OFPRA et du HCR comme réfugiés et opposants. Depuis Genève, la mobilisation n’a pas faibli auprès des instances onusiennes. Elles suivent cette affaire avec l’accent gravissime qui le symbolise. Le Niger portera seul la responsabilité d’une extradition vers le Tchad où leur vie sera sans doute en danger. Continuons à dénoncer et soutenir ces camarades de lutte, continuons la pression… À suivre.

 

Tchadanthropus-tribune

 

NB : Le message leurre

Alerte à l’opinion internationale. Les trois (3) chefs rebelles tchadiens opposant au régime Deby qui ont été arrêtés au Niger au début du mois d’octobre, étaient extradés la semaine passée au Tchad. Il s’agit de Mahamat Hassane Boulmaye secrétaire général du CCMRS, Abderamane Issa chargé de relations extérieures, et Ahmat Yakoub porte-parole. Extradés au Tchad par un avion spécial affrété par les autorités nigériennes sous le regard de Barkhane, l’avion a atterrit a Wadi doum, puis conduits a Faya par le Com GNNT Mht Saleh pour le présenté au président Deby et sur ses ordres ils étaient transférés a la haute prison de Korotoro au nord du Tchad.

Source protégée

2831 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article