Tous les éléments sont liés quant à la cherté de la vie au Tchad. Le gouvernement depuis le règne d’Idriss Deby a laissé faire sous prétexte de la libre concurrence, chacun s’est amusé à fixer les prix sans que l’État n’en fixe les barèmes par rapport aux salaires des fonctionnaires, et le panier de la ménagère.

Le ministère de commerce dans son ensemble a été mis devant les faits, car les opérateurs de la place en faisaient à leur tête.

Comme le résume notre confrère du journal en ligne le pays, ce problème devrait être poser de manière profonde à l’Assemblée. Le conseiller Hassan Saline a raison d’interpeler le gouvernement de transition sur la flambée des prix

La question est relative au phénomène de flambé de prix des produits de première nécessité sur les marchés, le rapport du ministère en charge avec les organisations de défense des droits des consommateurs ; l’existence d’une structure de contrôle des prix des produits de grande consommation et l’efficacité des différents instruments juridiques portant unité de mesure.

Concernant les efforts que fait le ministère du tutelle pour maîtriser la flambée des prix des produits de première nécessité sur les marchés, le ministre du commerce et de l’industrie, Ali Djadda Kampard, après avoir évoqué les causes qui sont selon lui, exogènes et endogène indique que plusieurs mesures ont été prises pour répondre à la problématique. L’exonération de tous droits et taxes sur le sucre, les pâtes alimentaires, l’huile ; la faciliter des transferts pour les paiements internationaux spécifiquement pour les denrées alimentaires ; l’autorisation du paiement de la dette intérieure pour mettre aux opérateurs de disposer de moyens pour l’importation des produits alimentaires etc.

Pour la deuxième question relative, rapport du ministère en charge de l’industrie avec les associations de droits des consommateurs, il indique que, l’ADC et la plateforme syndicale sont membre du haut comité de la lutte contre la flambée des prix et comité technique. « Elles régulièrement consultées dans les actions à mener et même dans la prise de certaines décisions concernant les consommateurs », a dit le ministre du commerce et de l’industrie Ali Djadda Kampard. S’agissant de l’existence d’une structure en charge de contrôle des prix des produits de grande consommation, il indique que, le ministère dispose bel et bien une structure de contrôle pas seulement des prix des produits de grande consommation, mais aussi de la qualité et de la conformité des produits commercialisés sur les marchés. « Avec les moyens roulants et autres allocutions de fonctionnement qui seront mis bientôt à la disposition de cette brigade, nos marchés seront mieux surveillés et le prix et qualité des produits seront mieux contrôlés afin de mieux protéger les consommateurs Tchadiens ».

En ce qui concerne les différents instruments juridiques portant unité de mesure, il existe un conseil national de métrologie@, un comité technique et les services de métrologie. « Étant donné que la métrologie est la science de mesure, elle est transvale par son activité nous envisageons commencer par les activités urgentes et nécessaire pour agir sur les marchés », Ali Djadda Kampard.

Tchadanthropus-tribune avec LePays

354 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire