Voilà comment jusqu’à où on pousse le clientélisme. Au nom du père décédé il n’y a pas longtemps et pour service rendu à Idriss Déby, son fils est nommé à un poste qui n’a rien à voir avec sa formation de base et initiale. En guise de remerciement pour la loyauté du père auprès de lui, le môme Fayçal Hissein Hassan Abakar se trouve vautrer dans un fauteuil qui fait la largeur de son boubou. A t-il la compétence pour servir le Tchad et les tchadien sans complaisance ? Mais qui vous dit qu’en haut lieu on cherche la compétence… venez servir selon mon humeur, après vous dégagerez quand j’aurais voulu. Plusieurs sont venus avant vous, d’autres viendront quand je l’aurais décidé, en attendant chargez-vous de mes courses du jour. Ingénieur arabophone parachuté à tort comme directeur des impôts, et éjecté en douceur sous la clameur de la vindicte populaire. Membre de la coalition fils du Tchad, ledit Fayçal aurait évolué au service du clan avant de se mettre définitivement à son service. Comme quoi assez souvent au Tchad, le clientélisme vous propulse comme dans les entrailles d’un toboggan. Sans Bic, ni crayon vous êtes, et ils sont, un point final.

Tchadanthropus-tribune

2589 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article