Décidément les Tchadiens aiment bien les apparats. Tout le monde observe avec ironie les jeux de chaise que fait qu’Idriss Déby pour calmer des esprits, amoindris d’audace et de productivité. Que peuvent faire pour la république tous ces boniments, nommés conseillers pour fleurir et assécher le budget de l’État, sans la moindre retour pour le pays. Idriss Déby s’éprend à gérer tel un directeur de ressources humaines des gens qui n’apportent rien si ce n’est leur posture régionale, tribale ou ethnique. Un conseiller fait partie de la cheville dorsale d’un projet et de son aboutissement. Le nommer dans un staff doit obéir à des calendes de travail et de rendement. Tous les Tchadiens ont l’habitude de scruter la page des décrets sur le site de la présidence des Itno pour voir un proche ou une connaissance se faire nommer, sans qu’on prenne une seconde de réflexion sur l’atout que cela doit générer pour le pays. Les fameux conseillers n’ont pas tort in fine, il faut chercher à comprendre pourquoi Idriss Déby s’attèle t-il d’un nombre de bras cassés qui ne lui apportent rien, et que lui même, au-delà du facteur sécurité, ne lit pas leurs fiches. 16 mesures ou pas, il faut débroussailler les herbes inutiles… À suivre.

  

1794 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article