Journée internationale des TIC a été célébrée sans internet, sans révision des coûts exorbitants des forfaits avec les téléphonies mobiles, les écoles des TIC sans wifi, les institutions publiques sans matériels informatiques nécessaires de conservation des bases des données (si y en a) l’accompagnement des personnels en matière des TIC inexistant. La fibre optique où est-elle ? Personne ne nous dira qu’on est connectée sur cette dernière. Les dossiers papiers qui remplissent les bureaux des ministres sans trouver une issue pour qu’en fin entrent dans un circuit quelconque, d’autres demandent à être numérisés, mais vain.

Je me demande ce que font ces farfelus des ministres et bureaucrates tantôt prématurés souvent affectés par la sénilité passent la longueur des journées à chanter la quatrième république pour demander la clémence du chef de l’État.

Au Tchad le sens initial de la politique est déformé , ici qui dit politique dit absolution courbettes, mensonges, orgueil, méchanceté, égoïsme, tribalisme, ethnocentrisme. Ils détiennent les bureaux et les personnels comme si un arrière grand père les a légués, genre Gaourang, Maï Alifa, Abdelkérim Bedja Meh, Azina kolong, Derdeï Tibesti, Marchand Rabat Zoubeïr… Quel gâchis. J’ai honte une république déclarée née, mais qui tarde à venir, doit-on faire une césarienne pour cette dernière ?

Contribution d’un compatriote à la rédaction

Tchadanthropus-tribune

1094 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article