Le syndicat des consommateurs du Tchad hausse le ton face à l’entreprise OLAN qui aurait changé les prix de certains produits.

Le sac de tourteaux de 70 kg passe de 6000 FCFA à 7500 FCFA cette année. Tout comme le bidon d’huile de 1300 FCFA à 15 000 FCFA. Sans compter les autres produits accessoires.

D’après la correspondance, l’État tchadien détenteur de 40% à la Cotontchad aurait diminué les taxes de TVA à hauteur de 9% au lieu de 19% afin d’harmoniser les prix pour les consommateurs, mais OLAN procède autrement et met en place des prix inaccessibles pour les ménages moyens.

Quelques commerçants avaient eu à s’entretenir dans une réunion d’explication avec les responsables de OLAN qui laissaient entendre que les prix établis par OLAN permettent la libre concurrence, et que chacun est libre d’établir ses prix.

C’est dans cette atmosphère que des passe-droits auraient été faits pour des commerçants proches du DGA, un certain Kodou Choukou pour prendre 2000 bidons de litres, alors que la chaine de queue des commerçants en attente de livraison attend encore son tour pour avoir le produit.

Tout de même, si ces informations se confirment, l’État doit prendre des dispositions pour que les citoyens ne soient pas les victimes d’une politique économique sur retour sur investissement. Au Tchad, le revenu moyen est en deçà du normal, et les produits de 1ère nécessité doivent faire l’objet d’une politique de prix assez unique pour que chaque citoyen puisse y accéder.

Tchadanthropus-tribune

549 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article