D’après une correspondance envoyée à la rédaction, les responsables de l’ONAJES sont dans le trafic d’influence, et leurs employés les accusent de gérer mal ce département.

Selon la correspondance, l’ONAJES a créé 23 antennes 23 antennes provinciales en octobre dernier à leurs têtes des responsables provinciaux. Mais la boite arrive à peine à payer les salaires de ses employés.

Au terme des affectations des chefs d’antennes, les frais de missions sont inégalement versés. À certains on verse 100 000 FCFA, tandis qu’aux autres c’est 150 000 FCFA. Initialement les frais impartis seraient de 230 000 FCFA par chef d’antenne. Ce versement de frais de missions inégales crée déjà quelques mécontentements au sein des fonctionnaires et employés qui commencent par murmurer.

Les employés de l’ONAJES ne sont pas du reste, ils observent des arriérées de salaires du mois de février 2020 qui n’est pas encore versé alors que nous entamons la moitié du mois de mars 2020.

Un sit-in a été observé devant les bureaux du coordonnateur Kadre Saleh et le directeur des affaires générales Abdelmadjid TOM. Ces deux responsables n’ont pas eu accès à leurs bureaux ce matin à 8 h 20 min et 8 h 30 min Après une concertation au ministère, les deux responsables avancent que ce n’est pas de leurs fautes et que c’est le président de tir à l’arc, un certain Colomb qui a bloqué le compte de l’ONAJES à l’UBA qui est actif de 200 millions de FCFA, et c’est pourquoi les salaires ne sont pas versés.

Les employés ont décidé de s’organiser pour rencontrer le ministre et comprendre la réalité des choses. Mais en réalité les employés accusent Kadre Saleh.

Malgré l’intervention du ministre, le compte n’a pas été débloqué, chose qui aurait énervé le ministre qui a promis payer le salaire de février 2020 aux employés ayant des arriérées de salaires, et il poursuivra à la justice les responsables de ce blocage.

Tchadanthropus-tribune

649 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article