La honte d’un gouvernement qui met la charrue avant les bœufs.

Plusieurs milliards ont été investis pour avoir un matériel dernier cri et un bâtiment haut de gamme, mais ceux qui ont pensé au projet avaient oublié que le matériel seul ne produit aucun effet, donc il faut de la ressource humaine. Il semble que dans le cas précis, aucun technicien de pointe n’a été envoyé à la formation, non plus le ministère de la Communication n’a pas envisagé contracter des professionnels étrangers pour la prise en main et former les tchadiens sur place avant de leur laisser la main. Résultat, une honte jamais vue.

Après l’inauguration forcée du nouveau bâtiment de l’Onama abritant la Radio et la Télé, le personnel est obligé de regagner l’ex-bâtiment de Sabangali où sont abritées la Radio et la télé. Personne ne peut continuer à travailler sur place parce qu’il n’y a aucun technicien capable de relever le défi.

De source sure, c’est compte tenu de la non-maitrise des appareils installés au nouveau siège qu’ils rebroussent chemin.

Selon les indiscrétions, le ministre de la Communication, l’ambassadeur Cherif Mahamat Zène aurait tout orchestré pour mettre à son actif les réalisations du nouveau siège, mais il n’avait pas vu que ses prédécesseurs n’avaient rien prévu pour les techniciens pouvant accompagner les nouvelles installations.

Pauvre Tchad.

Tchadanthropus-tribune

1780 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire