Comment fait-on pour envoyer en prison un voleur et laisser libre ses complices ? Le document mis à la disposition du public ces derniers temps et qui explique la responsabilité engagée du contrôleur Oumar Ardja Tindy, neveu d’Idriss Déby, et le chef comptable et équipement Mahamat Nassour Hissein neveu du ministre de la jeunesse et des sports. Il faudrait étaler quelle autre preuve pour renvoyer les deux complices en prison.

Normalement, dès que la justice a inculpé et mis sous mandat de dépôt ces deux complices, il devrait aller en prison mais non laisser pour comparaitre libre. En matière de crime économique tout le monde doit être mis sous mandat de dépôt et non laisser libre. Mrs Oumar Ardja Tindy et Mahamat Nassour Hissein bénéficient de leurs proximités comme parents proches de Déby, qui les exempt de toute décision d’incarcération. Il semblerait qu’Idriss Déby s’énerve souvent du fait que les tchadiens accusent gratuitement ses parents parce qu’ils sont proches de lui. Mais pourrait-il expliquer ces genres d’injustice ?

Pour plusieurs observateurs, Oumar Ardja Tindy est un officier de l’armée de la garde présidentielle (DGSSIE) au grade de colonel. Comme lui, le régime fait un lit de confort aux siens à la fonction publique, en lésant des vrais cadres compétents qui sont laissés pour compte.

Les deux complices de Fayçal Hassan Hissein ne sont inquiétés en rien. Ils ne sont pas même pas suspendu en attendant que la justice finisse son cours. Ils viennent occuper leur bureau, continuent de signer les documents à la vue de tous. Voilà comment procède le régime MPS qui écrase tout sur son passage. Tant pis pour celui qui n’est pas content. Comme le peuple n’est même pas capable de piper mot, l’humiliation va continuer jusqu’au bout.

Tchadanthropus-tribune

1611 Vues

  • Je pense qu’il y a lieu de laisser l’histoire tracer son chemin, si l’on n’est pas capable de faire bouger une montagne, car c’est depuis 1939 (1939-1945)qu’on parle de l’héroïsme des tchadiens qui étaient allés secourir le monde entier épris de paix et de liberté. Ceux qui font mal, leur histoire ne mourra pas

    Commentaire par DEYE ASSIL le 9 décembre 2019 à 9 h 33 min