Dans un rapport de presque 400 pages, il en ressort sur un mapping conjoint du HCDH & le MINUSCA, des violations graves au droit international, des droits de l’homme et au droit international humanitaire survenu en République centrafricaine entre janvier 2003 et décembre 2015. Ledit rapport accuse directement le régime Idriss Déby sur des exactions graves commises en Centrafrique. Aussitôt N’Djamena se met en alerte de combat et Idriss Déby convoque son ministre de la Justice pour parer au plus pressé. Une synthèse de 6 pages est demandée à Baby Doc Abdenasser Garboa un des griots du régime MPS qui synthétise l’importance de l’accusation. En 48 heures, une équipe autour du ministre de la Justice Ahamat Mahamat Hassan monte à Paris pour se défendre et occuper les devants et inonder la presse internationale, avant Genève. Ce rapport inquiète au premier point Idriss Déby qui se fait menaçant à travers la lettre de protestation envoyée à toutes les chancelleries tchadiennes à l’étranger. À Bangui, un procureur spécial fut nommé. Le colonel, Toussaint Muntazini Mukimapa (RDC) est magistrat militaire en RDC depuis la fin des années 1970. Il est colonel et était encore récemment premier avocat général près la Haute Cour militaire congolaise. Il a contribué à un certain nombre de condamnations dans des dossiers de crimes internationaux, c’est-à-dire crimes de guerre ou crimes contre l’humanité, puisqu’en RDC ces cas étaient jusque récemment du ressort de la justice militaire. Il est aussi le point focal de la CPI dans son Pays. Pourquoi le rapport qui avait vu le jour il y a longtemps est subitement remis sur la table ? Pourquoi depuis que le pouvoir Hollande s’est effacé, tous les pare-feux mis pour protéger le pouvoir Déby se trouvent tout d’un coup à nu ? Les médias se lâchent sur la réalité du pouvoir au Tchad, et l’ONU commence à clairement porter l’index. Il est clair dorénavant que les chiens sont lâchés, reste à savoir quel trophée de chasse ils rapporteront… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

 

Synthèse issu du rapport global de l’ONU sur la Centrafrique.

 

La lettre de protestation du gouvernement d’Idriss Déby à travers le ministre de la Justice.

 

 

 

4122 Vues

  • Cher ami, les choses commencent à sentir mauvais. Si l’ONU dépose ce rapport ce qu’il y a eu enquête. Suite à cette enquête que les nations unis ont réagi pour accusé le Tchad. L’enquête a t elle été bien faite ? En tout cas, une grande bataille commence pour le Ministre Zembla et son bambin pour sortir leur tête de l’eau. La mission qu’ils viennent de commencer est lourde et je ne vois pas comment ils pourront se défendre. Il faut des hauts calibres. Le pays va attendre leur retour de mission. Wait and see…

    Commentaire par Moussa le 1 juin 2017 à 22 h 06 min
  • Idris Deby traine déjà au cou un très lourd dossier tel un collier d’identification, relatif aux crimes contre l’humanité et violation flagrante des droits fondamentaux humains : de l’épuration ethnique de Septembre noir en1985 en passant par le massacre collectif des Codos rassemblés pour une cérémonie de ralliement à Deli dans la même année, ajouter à cela les assassinats individuels ciblés des hommes politiques, ainsi que les crimes économiques. Le drame de la RCA serait la goutte qui ferait déborder la vase. Idris Deby Itno, au même titre que son compère soudanais, doit être poursuivi pour crime contre l’humanité en RCA. Deby n’a cessé de s’ingérer continuellement et gravement dans les affaires internes de la RCA. Sa hantise maladive est de sécuriser la frontière sud du Tchad, mitoyenne avec la RCA pour que les rebelles tchadiens n’y prennent pieds. Il a équipé en hommes et matériels François Bozizé qui fait un coup d’Etat contre Angle Félix Patassé, Président démocratiquement élu. On l’a vu envoyer des troupes au sol et des avions dans les airs combattre les éléments de Baba Laddé. Après s’être brouillé avec son poulain Bozizé, revoilà Idris Deby en train d’armer les éléments de la SELEKA qui sont allés chasser du pouvoir ce dernier. Ce faisant, Idris Deby Itno a tout bonnement et simplement contribué à favoriser la guerre civile dont les conséquences sont désastreuses, non seulement pour la RCA et les centrafricains, mais il a livré à la vindicte populaire les centaines des milliers de tchadiens vivant paisiblement en RCA, depuis plusieurs décennies. Ces tchadiens qui faisaient partie intégrante du paysage centrafricain ont tout perdu et à jamais. Ils seront étrangers au Tchad et honnies dans leur patrie d’adoption. Aussi donc Idris Deby Itno, par sa folie, a détruit à jamais les structures sociales séculaires tissées, pièces par pièces, pendant des longues années, entre deux pays liés par l’histoire et la géographie. Combien d’innocentes victimes ont perdu la vie, combien sont ceux qui ont vu leurs boutiques brulées, leurs biens pillés. Combien sont-ils aujourd’hui ces enfants qui ne savent pas où sont leurs parents, ces femmes qui cherchent désespéramment leurs maris ? Combien sont-ils ces tchadiens qui sont devenus des réfugiés chez eux ?
    La chose la plus choquante est de voir la première dame, épouse d’Idris Deby Itno, venir parader devant ces misérables aux yeux hagards. Habillée au dernier cri et portant les plus beaux bijoux sertis de diamant, elle est venue montrer ses belles dents, en souriant de manière cynique, pour mieux paraître à la télévision, devant ces malheureux qui dorment à la belle étoile, dans la poussière des cours des écoles, la chaleur de la journée, et la fraicheur des nuits.
    La folie sécuritaire d’Idris Deby Itno a semé la haine confessionnelle, dans un pays jugé paisible, hospitalier et accueillant et qui n’a jamais connu des conflits à caractère confessionnel. Idris Deby et Hinda, comme Nicolae et Elena Ceaucescou doivent assumer leur responsabilité devant la justice internationale.

    Commentaire par Deneassoum Tarassoum le 3 juin 2017 à 14 h 56 min
  • bonne analyse monsieur Deneassoum Tarassoum

    Commentaire par debbi le 4 juin 2017 à 0 h 00 min
  • Meeci Monsieur.

    Commentaire par Mbogo Seli Doumaye Eric le 15 juin 2017 à 3 h 04 min