Rétrospectif sur l’Université d’été de Moundou d’août 2020. Alwihda Info publie une série de trois articles axés sur l’intervention de Djerassem Le Bémadjiel, ancien ministre tchadien du Pétrole (2/3).

Du 13 au 15 août 2020, la première édition de l’Université d’été sur l’engagement citoyen et le développement local s’est tenue à Moundou, en présence de l’ancien ministre du Pétrole Djerassem Le Bémadjiel qui était parmi les intervenants. Quelques jours après sa prise de parole, le 18 août 2020, l’Inspection générale d’État (IGE) a adressé une plainte au Procureur général près la Cour d’appel suite à une enquête sur des détournements lorsqu’il était en fonction. Le 4 septembre, Djerassem a été déféré à la Cour suprême puis placé sous mandat de dépôt. Coïncidence entre la prise de parole et le déclenchement des poursuites ? Des propos de l’ancien ministre ont-ils mal été interprétés ?

L’Université d’été de Moundou a été un riche moment d’échanges sur “l’engagement citoyen et le développement local” du Logone Occidental. Dans sa présentation, Djerassem a estimé que le décollage économique de la province est possible, et l’a expliqué de manière assez précise.

Il a plaidé pour une synergie au plan régional, déplorant le fait que l’agriculteur vend son produit en dessous du prix de revient. “Moi je dis que c’est possible le décollage économique de la région. Toutes les conditions naturelles sont favorables. L’agriculture est favorable, les contraintes sont maitrisables. Donc le seul facteur qui reste c’est le facteur humain. Comment mettre l’énergie humaine à l’intérêt supérieur pour qu’on atteigne ces objectifs.”

“La pauvreté a fortement progressé. Cette progression est la plus forte de toutes les régions du Tchad”

“Moi, je suis plutôt un ingénieur (…) Quand il y a un problème, chaque problème a deux composantes. Il y a la partie émotionnelle et la partie situation. J’ai tendance à enlever les émotions et problèmes, et chercher des situations. C’est ce que je vais essayer de faire”, a souligné d’emblée l’ancien ministre.

Premièrement, ce sont les indicateurs de pauvreté de la province qui sont alarmants. Et Djerassem n’a pas manqué de le relever : “La pauvreté a progressé. C’est dire qu’en 2003, on a 57,6%, en 2011 on est passé à 66,4%. La pauvreté a fortement progressé. Cette progression est la plus forte de toutes les régions du Tchad. On est une région qui s’appauvrit. L’appauvrissement ça a un effet exponentiel. Les statistiques le montrent, pour une personne active, il y a 114 personnes qui dépendent de lui. Chaque année, s’il y a une personne qui tombe dans la précarité, il faut multiplier par ces personnes dépendantes aussi qui tombent dans la pauvreté.”

Et d’ajouter : “C’est quelque chose qui est alarmant, il faut qu’on prenne conscience (…) Comment arrêter cela. Si on n’arrête pas, on arrivera à un moment où ce sera très difficile de rattraper cela.”

​S’agissant des contraintes auxquelles se heurtent les entrepreneurs, l’on recense l’eau et l’énergie, la fiscalité, et l’accès aux crédits. Djerassem se veut optimiste et précise que ces contraintes sont toutes maitrisables, notamment avec les énergies renouvelables et grâce à la fiscalité allégée par le Gouvernement, en plus de nouvelles possibilités d’accès à des financements :

“Aujourd’hui, les opportunités à saisir, c’est que si nous, nous organisons, il y a la Société financière internationale (SFI) qui vient d’ouvrir son bureau à N’Djamena. C’est la branche de la Banque mondiale qui s’occupe uniquement du secteur privé. Eux, j’ai échangé avec eux, ils disent qu’au Tchad, c’est l’agrobusiness. Ils viennent pour financer les producteurs, mais aussi les acheteurs ou ceux qui vont faire de la transformation pour que les excédents de production ne soient pas invendus. En tant que région, si on met un bon projet qui a un bon cycle, l’obstacle du financement on peut le lever. Il y a le projet Programme d’appui au développement local et à la finance inclusive (PADLFIT) qui va venir ici”

Faire de l’agriculture en contre-saison ? “Le rendement est complètement différent”

C’est surtout l’agriculture en contre-saison qui captive l’ancien ministre car on maitrise l’eau, les plantes aiment le soleil, et en avril il n’y a pas de nuages. Ainsi, le rendement est complètement différent : “On a vu que le rendement était meilleur en saison sèche parce que l’ensoleillement est très fort et qu’on maitrise l’eau. (…) La seule idée c’est de changer la mentalité, il ne faut pas compter sur la pluie. Avec trois mois, quatre mois de pluies, on n’est pas sûr. Il y a aussi des modèles innovants de financement de l’agriculture. Les opportunités sont là”.

Afin d’optimiser la rentabilité commerciale des produits agricoles, Djerassem propose la création de silos, à l’exemple de ce qu’il a pu voir dans d’autres pays : “Il faut qu’il y ait une structure qui permette de stocker le mil, etc. J’ai visité des silos comme ça, des grands agriculteurs qui ont 2000 hectares chacun mais ils n’ont pas les stockages personnels. Ils ont un silo régional. Chaque fois qu’ils coupent leur blé, ils viennent directement avec un camion, on mesure le tonnage et on leur donne le reçu, ils déposent là-bas. Lorsque le prix du blé change, on les saisit par téléphone. S’il veut vendre son blé, il dit OK, vendez moi 50% de mon stock qui est chez vous avec ce prix. Ce n’est pas la même chose qu’on peut faire ici mais au moins, c’est quelque chose qu’il faut réfléchir à faire.”

“J’ai deux ans de son salaire en trois mois. Ça peut changer les choses”

“Vous êtes à côté de N’Djamena, vous faites un hectare de gombo, c’est 3 millions. Vous avez peut-être dépensé 300, 400.000. Mais vous avez 3 millions. La réflexion que je me suis faite, vous avez les agents du ministère du Pétrole, Bac+5, ils ont 125.000 Fcfa par mois. Je fais un hectare de gombo, j’ai deux ans de son salaire en trois mois. Ça peut changer les choses”, relève Djerassem.

Le Logone Occidental a des sols adaptés et la province peut se spécialiser dans différents types de culture. “Pour s’adapter à la situation actuelle, on doit changer complètement, pas faire les choses comme à toujours fait”, défend-t-il.

“Si on ne change pas, on reste, on ne va pas s’en sortir. Il y a les sols qui sont très bien, c’est un atout de taille.  Deuxièmement, on a d’immenses eaux souterraines. Ça nous dépasse. On peut même donner à d’autres régions. C’est dire qu’on a 732 milliards de mètres cube d’eau étalés sur tout le Logone Occidental. Si vous prenez cette eau, la totalité, à la fin de la saison des pluies, ça se renouvelle. Ce n’est pas de l’eau qu’on épuise, c’est de l’eau renouvelable. Pour donner un peu une idée, on peut utiliser 406.000 km2 pour toute cette eau, ça fait 46 fois la taille du Logone Occidental. On peut produire des terres cultivables et il restera toujours de l’eau.

“L’état socio-économique dans lequel on est, on doit se battre”

Pour changer l’état socio-économique de la province du Logone Occidental, il faut aussi changer les habitudes et comportements. Djerassem Le Bemadjiel l’explique à travers cet exemple :

“Prenez quelqu’un qui n’a pas à manger, vous lui donnez l’argent. Vous lui donnez 100.000 Fcfa, qu’est-ce qu’il va faire ? Vous allez voir sa réponse, vous serez surpris, il va aller acheter le gros poulet. Son besoin immédiat, même s’il n’a pas d’habits et tout ça, son besoin immédiat c’est le poulet. Quand il va acheter, il va bien manger, c’est à ce moment qu’il va penser qu’il n’a pas porter une chemise. Là il va aller chercher une chemise. Maintenant qu’il est rassasié, qu’il a un habit, il va chercher là où dormir. Maintenant, c’est après ça qu’il va commencer à avoir besoin de la sécurité.

Si les deux paliers ne sont pas satisfaits, on est en mode survie. Même si vous prenez les gens de même père, même mère, ils vont se faire des problèmes. Et c’est humain. L’état socio-économique dans lequel on est, on doit se battre pour passer ces deux paliers au plan régional pour retrouver notre fierté, notre dignité. Pour moi, il n’y a pas de problème enfaite. Mais la racine c’est comment éliminer cette situation, comment arrêter l’engrenage dans lequel on est.”

“Si on ne change pas, la situation va s’empirer”

Aux yeux de M. Le Bémadjiel, un ensemble de facteurs fait que la situation socio-économique peut s’empirer s’il n’y a pas de changement :

“Les besoins de l’Homme sont réels. En réalité, on n’a pas de problèmes. Notre problème est socio-économique qu’il faut qu’on résolve. Et vous allez voir que tout ça va partir de lui-même. Quand on est en face de cette situation, on sait que la vie est plus dure. C’est tout à fait normal parce qu’avec une seule récolte par an, qui que vous soyez, vous ne pouvez pas vivre un an. C’est comme un salarié qui gagne un mois de salaire et il doit gérer ça 12 mois. Peu importe votre capacité de gestion, c’est impossible, vous ne pouvez pas parce qu’il y a beaucoup de facteurs. Le Logone c’est une région qui croit le plus rapidement au plan démographique. Deuxièmement, les sols s’appauvrissent. Il y a des zones où c’est carrément le sable, c’est comme la plage. Rien ne pousse là-bas. Et, la pression démographique fait que dans certaines zones, on loue la terre pour cultiver. J’ai vu cela. (…) Tous ces facteurs font qu’il y a un problème qui se pose là.  Toutes ces choses contribuent au fait que si on ne change pas, la situation va s’empirer. Et aussi, il y a une absence totale des unités de transformation des produits agricoles.”

“Pourquoi on est la région la plus pauvre ?”

L’agriculture est la branche d’activité qui contribue à hauteur de 81% de l’incidence sur la pauvreté. En un mot, si vous pratiquer de l’agriculture, vous avez 81% de chances d’être pauvre, souligne l’ancien ministre. “C’est ce que ça veut dire. Comme je vous l’ai dit, moi j’enlève les émotions des faits. C’est la réalité. Souvent, on entend beaucoup de gens qui disent qu’ils vont se mettre à l’agriculture. Vous avez 81% de pauvres. C’est les statistiques qui le disent.”

Quelle est l’incidence de cette situation dans la province du Logone Occidental ? “On est la province où on vit le moins longtemps et quand on voit le pourcentage des groupes des tranches d’âge, les plus de 60 ans représentent 2,3%. C’est le taux le plus bas du Tchad, c’est dire que si vous rester longtemps ici, vous risquez de ne pas passer au-delà de 65 ans. C’est les chiffres qui le disent. Par contre, le Batha et le Wadi Fira, c’est les régions où l’on vit le plus longtemps. Ces des faits qui sont là, qu’il faut voir”, précise Djerassem.

Et d’ajouter : “Quand les gens sont malades, où est-ce qu’ils vont se soigner ? On voit que dans le Logone Occidental, 40% des gens se soignent à domicile. C’est le taux le plus élevé de toutes les régions. Pourquoi 40% ne vont pas à l’hôpital se soigner ? Le tableau détaille les raisons par région. Le premier problème c’est le manque d’argent. 67,5% des cas pour le Logone Occidental disent que c’est à cause de l’argent qu’ils ne sont pas allés à l’hôpital. Tout ça, c’est lié.”

Pétrole, infrastructures…  

” Il y a beaucoup de pétrole ici”, reconnait l’intervenant. Qu’en est-il des 5% accordés aux provinces productrices ? “Ça peut être un bon levier mais il faut que les députés et les fonctionnaires essaient de faire à ce que l’administration puisse finaliser les papiers et ça peut être un très bon levier.”  

Mais avant tout, c’est l’agriculture intensive qui doit se développer. En se projetant dans l’avenir, avec cette stratégie, le Tchad pourrait même exporter son excédent. “Vous avez l’aéroport le plus grand du Tchad. Un A380 peut atterrir ici mais pas à N’Djamena par exemple. Cet aéroport, le problème qu’on a, si on développe une production intensive continue, les avions vont quitter par exemple Abu Dhabi, acheter les choses par semaine et partir. Mais tout ça dépend de comment on s’organise. C’est possible. Il y a des gens qui nous approchent, qui disent : “On veut 15.000 Tonnes de tel produit mais on sait qu’ici on ne peut pas avoir”, laisse entendre M. Le Bémadjiel.

L’U.R.D. dit regretter que des chefs des partis politiques de l’opposition démocratique se complaisent dans des attitudes bassement puériles et mercantiles au lieu de se consacrer à l’organisation et à l’implantation de leur parti pour grandir plutôt que de rester obnubilés par le C.N.D.P. comme s’il n’y avait que cette seule structure politique pour combler leur désidérata.

Tchadanthropus-tribune avec Alwihda info

1404 Vues

  • Les lamentations d’un homme dévasté

    Je viens de lire l’article sur ton intervention du 13 au 15 août 2020 à l’Université d’été de Moundou. Contrairement à ce que tu soulignes concernant la composante émotionnelle et situation, je pense que tes émotions étaient là comme une lumière pour ton analyse de situation, et comme source d’énergie à ton courage. En effet, des tels propos ne peuvent provenir que des tripes d’un cœur qui saigne !
    Nos cœurs saignent avec le tien mon frère. Que Dieu dans sa Souveraineté et sa compassion, déverse sa grâce et sa bénédiction en faveur de ceux dont le cœur saigne.
    Reconnaissons-nous au moins, que la seule et unique raison pour laquelle Dieu nous accorde le souffle de vie, est de prendre soin de la terre ? Gen 2:15.
    Chacun de nous rendra compte pour sa participation concernant la parcelle de terre qu’elle ou qu’Il occupe sur terre.
    Alors, merci mon frère pour cette analyse de situation qui est un appel à se mettre en route pour participer aux soins dédiés au Tchad, notre parcelle de terre à tous.
    Sois imprégné de l’Amour de Dieu et qu’il te bénisse ou que tu sois.

    Ta sœur Hadjé Habsita de Oumarou.

    Commentaire par Madjibey le 15 septembre 2020 à 11 h 52 min