Le promoteur du journal Salam Info, Martin Inoua Doulguet suspendu de ses fonctions de journaliste ainsi  que son journal par la HAMA le 03 décembre dernier. Et ceux, jusqu’à l’obtention d’une nouvelle déclaration de parution au près du procureur de la république  près le tribunal de grande instance de Ndjamena. Cette décision faut-il le dire vient tordre une fois de plus le coup de la liberté d’expression au Tchad.

Ce Samedi 03 décembre, la famille de la presse tchadienne particulièrement celle privée, a appris avec beaucoup de regret et désolation la suspension du journal Salam info de toutes  ses activités ainsi que la suspension de son promoteur Martin INOUA Doulguet de ses fonctions de journaliste. Cette sanction de la Haute Autorité des Medias et de l’Audiovisuel HAMA, l’instance d’autorégulation des medias tchadien intervient après la publication de l’éditorial  audiovisuel du journal Salam info sur sa page Facebook. Un éditorial qui a ôté le sommeil au personnel de la HAMA poussant ceux-ci a convoqué Martin Inoua Doulguet promoteur du journal à mainte reprises afin de l’écouter sur ‘’la situation Administrative’’ de son Journal. Chose que la Hama n’a jamais demandé depuis la création du journal.  Dans cet éditorial, Martin Inoua Doulguet a critiqué vertement la Hama  d’avoir fermer les yeux sur le manque du professionnalisme de la presse public mais  s’acharne plutôt sur celle privé. Aussi a-t-il demandé à la Hama de  « cesser d’être un caverne d’Ali baba qui profite aux sangsues et autres vampires  de la caisse de l’Etat ».

Cette énième sanction de la Hama vient une  fois de plus torde le cou de  la liberté de la presse tchadienne tant prônée par les  nouveaux autorités de Transition. Le plus ridicule, est que ce coup de marteau envoyé sur la tête de SALAM Info, intervient juste après la célébration de la 32éme  anniversaire de la journée de la liberté et de la démocratie. La Hama doit en effet mettre de l’eau dans son vin pour que la liberté d’expression ne souffre d’aucune ambiguïté. Sinon il serait difficile de refonder ce pays sans une presse réellement libre.

Tchadanthropus-Tribune

2523 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire