N’Djamena Le 1er Janvier 2018

Salam, mon très cher frère Papou, c’est toujours moi, ton frère Djiddo depuis la “vitrine de l’Afrique”. Je te souhaite une bonne et heureuse année, mes meilleurs vœux. Excuse mon retard cette fois-ci, car je suis allé voir les parents au “Dar”. Rester au carrefour sans les nouvelles de la famille n’est pas sûr. Dounia ma inda Aman ! On est bien calé au carrefour de Abba Boullama, sans manquer une seconde de N’Djamena midi. Labar fi ! Après les 16 ou 32 mesures, Alberto a sabré les salaires. Bientôt ils vont même demander aux Tchadiens de travailler sans salaire. Il applique bien la stratégie de : “En cas de problème, créer un problème plus grand que le premier problème, pour que le peuple oublie le premier problème”. En fait disons la “democrachie” c’est pour le tchadien et le pétrole, l’argent et l’or c’est pour eux. Lamam chounou ! Le sabrage commence à faire ses effets. Zarak a garé la V8, car le prix du carburant a augmenté, il a aussi quitté sa villa parce qu’il peut plus payer le loyer. Ton ami maitre Arto se retrouvé avec seulement 10 000 francs de salaire ce mois-ci.

 

“En fait disons…” Alberto et sa clique de gars au gros ventre ont bu tout le pétrole des Tchadiens et ses effets secondaires ont bien commencé. Ils sont tous atteints de maladies bizarres que même les médecins de l’étranger ne peuvent pas soigner. Ils sont toujours entre deux vols pour se soigner. Nigui hana tchadiens gay yakourbim Khalass !

 

Inti, depuis que les sacs d’argent arrivent à moitié vides au palais de Alberto, il a décidé de venir chercher lui-même ses sacs. Il vient d’envoyer sa garde familiale à sa tête son fils pour remplacer les douaniers qui refusait de bien remplir ses sacs. Vraiment Trump ma heyin, la la heyin, il a tellement provoqué des maux ventres au palais, qu’il n’y a même pas eu de fête du 1er décembre cette année. Il a même fait changer à Alberto sa couleur de peau. Alberto dit partout qu’il est blanc maintenant. En voulant faire le dur, Alberto a fait tomber sa canne magique. Sey ké Dongo da waga tra ! Depuis la chute de la fameuse canne, c’est la panique chez les initiés, il parait que c’est un signe de…

 

“En fait disons…” à cause de Trump, Alberto ne peut même plus tenir debout longtemps. Lors de la visite de Erdighan, il a fallu l’intervention de son garde du corps pour lui éviter une chute spectaculaire. Ce dernier a apporté une chaise à même le tarmac pour que Alberto puisse s’assoir. Rester debout ma heyin, la la ma heyin!!!

 

Si seulement en dix mois de pouvoir, Trump peut créer autant de maux de ventre au palais. Le problème n’est pas encore terminé, car il reste encore 38 mois au Cow-boy à la maison blanche. Mouchkila kebir gaid !

 

Les Yankees viennent de prouver aux yeux du monde que pour corrompre Alberto, il faut avoir juste 2 millions de $.

 

“En fait, disons…” Alberto nous demande de retourner en 2003, mais Abba Boullama a dit qu’on préfère retourner à avant 1990, quand le président n’était pas corrompu, les ministres n’étaient pas voleurs, quand il n’y avait pas des Officiers généraux caffidé , moins encore des préfets analphabètes et des adolescents DG et SG. On veut retourner au temps où le Tchad été un État et ses cadres des Hommes d’État. Kalbat ma yanfa yakay ! Beaucoup commencent à se chercher. Général Dringuel est devenu éleveur de mouton, il veut exporter de la viande et le Général Super-Gondol fait dans l’agriculture. Ceux dont les milliards du pétrole n’ont pas étanché leur soif, ces ne sont pas le riz et la viande qui vont les satisfaire. Ils veulent se faire oublier, mais ils sont déjà sur la liste “voleur de la république” de Abba Boullama. Ma nassom tra ! Commerce da, ma heyin, la la ma heyin!

 

Quand a Général Bournouk, il passe son temps à dragué les filles qui ont l’âge de sa fille. D’après les indiscrétions, il aurait même offert un iPhone X à la petite Ghalay, la fille de votre voisin d’en face. Mais quand les parents de cette dernière l’ont vu avec ce téléphone ils ont cherché à savoir ou elle s’en est procuré et elle fut bien corrigée par ses grands frères. Depuis cet évènement elle sort plus de la maison. Dans “la vitrine de l’Afrique” si tous les vieux demandaient à leurs filles où elles trouvent de téléphones qui font le double de salaires de leurs parents ? Achir Katir Yomouroug tra !

 

Pendant que son Bournouk passe son temps avec les petites filles, Am-abou passe son temps avec le petit Akil qui a l’âge de son arrière petit frère. Il parait que c’est elle qui finance ses études à l’étranger. Le bournouk en voulant tromper sa femme, il s’est retrouvé dans le tapé-dos d’un djiddo. Kay djiddo dol dangers ! Dounia rond-point. Tu voles les Tchadiens pour draguer des petites filles innocentes et tu te retrouves ave une femme-copine des Djiddo dol.

 

Albella est rentré en clandestinité, il parait qu’il a été surpris avec la femme d’autrui pendant les fêtes de fin d’année. Ça fait deux mois que personne qu’on la pas vu. Sebin adjadj kamal khalass. Après le blanc qui a modifié la constitution de Alberto et dont toute “La vitrine de l’Afrique” ignore le nom. Un autre petit blanc est venu avec un rapport pour diversifier l’économie comme s’il existe encore une économie ici ? Tout est bizarre dans “vitrine de l’Afrique”. Ici, même les escaliers sont balayés du bas vers le haut. Au moment où dans un pays normal l’on commence sa carrière en bas de l’échelle pour évoluer et gripper avec le temps et de l’expérience pour devenir DG ou SG voire même ministre, chez nous c’est le contraire. Tu verras ici, une personne fraichement sortie de l’université sans même effectuer un stage devenir DG ou SG pour se retrouver le lendemain chômeur, remplacé par un autre “Gara Gawit”. Histoire de ” Gara Gawi ” ne finit jamais dans “La vitrine de l’Afrique”. La semaine passée, Le Général Kogoyo est allé voir ministre Guirguid pour que ce dernier recrute son neveu fraichement venu de Dar. Quand Guirguid a demandé à voir le CV du neveu, ce dernier a sorti un extrait de naissance, étonner, le Guirguid demande les diplômes. Fâché, Le Général posa son bâton de commandement sur le tète du ministre et lui dit : “Bendi da ! kan inda diplôme da, ma ni houta fi place hanak wa, sowas da “.

 

Dans “La vitrine de l’Afrique” on a même vu un ancien premier ministre redevenir directeur et un gouverneur nommé sous-préfet.

 

Histoire de “L’homme qu’il faut à la place qu’il faut” n’existe pas ici. Imagine que tout un pays ne puisse pas rédiger un petit document de 200 pages sans plagier et/ou sans faire de fautes ?

 

Assam lek kalam, après le détournement de bourses, de l’argent public et même des plaques d’immatriculation d’avions. Ils sont devenus voleurs du Savoir. “En fait, disons…” Celui qui se prend pour le plus grand intellectuel que “la vitrine de l’Afrique” n’ait jamais connu et tous les tonneaux vides de “La vitrine de l’Afrique” se sont regroupé pour rédiger un projet de reforme d’état, au finish sans honte, ni gêne, ils sont allés faire du copier-coller du mémoire d’un étudiant licence L3 bess, un petit cousin de Koffi Olomidé. Bienvenu chez les Djahilophones arrogants ! Comme disait Kallimi au carrefour : “Quand la majorité des hauts fonctionnaires sont des courtisans, des délateurs et des jeunes femmes et hommes recrutés dans les cabarets, c’est normal qu’on se retrouve avec un tel rapport”. Même si on nourrit un âne avec du lait, il ne sera jamais un cheval. Le rond-point de “Djidda”, leur grand-père, tueur de dragons à deux têtes qui a couté 7 milliards du trésor commence à se rouiller. Quant au monument de la place de la nation, il refuse la peinture qu’on lui fait chaque matin, même le monument refuse d’être complice du détournement et du vol. Tous les bahabares de la vitrine de l’Afrique commencent à faire profil bas. La peur a changé de camp !!! Nass carrefour de Abba Boullama, Miskine dol , Hougra kiffaya dol, les écoliers… commencent à faire peur au Bahabares et Bournouk de “La vitrine de l’Afrique”. Même hinda a amené tout le magot d’or en lieu sûr. Dounia ma marouf. Haray yemchi yi goum lem be Kharib !

 

“En fait, disons” … j’ai oublié de te dire que Barda-Barda est là et toujours égale à lui-même. Le prétentieux croit qu’il est le seul à avoir le monopole de la vérité. Il continue à insulter tout le monde sauf sa marraine pour qui il a pris le Algaita, son patron à qui il doit le boulot et Alberto bien sûr. Même le fou n’est pas assez fou pour verser du sable dans son mangement. Al Mahadjir koula, yarfa bet al inda kelib da !

 

Mon très cher Papou, je m’arrête là pour le moment. J’espère avoir de tes nouvelles dans bientôt. D’ici là, porte-toi bien. MA yi himak, Ya nadoum. Ni Dougou lem cirage bess.

 

Salah HABRÉ

Tchadanthropus-tribune

1627 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article