Contrairement à ce qui se passe en France, en matière de gouvernance depuis la fin de la 2ême guerre mondiale dont la participation des Africains n’a échappé à personne, les États à qui l’Indépendance leur fut attribuée, ne fonctionnent que, comme des Territoires spécialisés dans la Fourniture des matières 1ères, à l’ancienne métropole en pleine reconstruction.

En réalité, chaque nouvel État ne dispose que des Institutions républicaines apparentes: apparentes, seulement… Mais, quelle est l’autonomie d’un gouvernement, si la monnaie qui régit son développement économique appartient à l’ancienne puissance coloniale ? Le Franc des colonies françaises d’Afrique (franc CFA), propriété de la France, offre à cette dernière, toutes les matières 1ères, bon marché . De même, c’est la France qui décide à quel rythme, nos populations doivent bénéficier des avantages de leurs productions. À vrai dire, le fruit de nos exportations, achetées par la France ou par n’importe qui, aboutit a la Banque de France ( Compte d’Operations ) comme si toutes ces matières venaient de la France, cent pour cent jusqu’en 1973 ( 70 % ) à partir de cette année et 50 % depuis 2005 nous reviennent ,et ce, après, Conversion en Euros (Commissions, Transformation des 50 % en FCFA, qui engendre des Frais + Transport par Air France ). Cette somme, convoyée par la Brink’s entourée de la Garde républicaine de Deby, arrive sans difficulté à la Banque centrale -N’Djamena. Delà, c’est l’inconnu tellement bien pensé que cette indépendance “ octroyée “ est l’un des meilleurs systèmes d’asservissement que la France esclavagiste et colonialiste, n’ai jamais inventé. Du coup, l’ancien gouverneur est remplacé par un Noir, avec le Titre de Président ; les différences ne sont pas négligeables :

 

D’abord, le nouveau chef du Territoire n’est pas Blanc. À la place du Colon, c’est désormais, un Fils du pays…. Liberté lui est offerte pour sa gestion, mais en apparence : En apparence seulement : Il a le devoir et l’obligation, de veiller à ce que les intérêts de la France et des Français qui y habitent ne souffrent d’aucune restriction. Bien évidemment, les intérêts des Tchadiens sont le dernier de leurs soucis…. C’est pourquoi, depuis 1960, seul le Président africain, humain et clairvoyant peut faire quelque chose pour améliorer la vie de ses concitoyens. Mais, comme ces dirigeants sont choisis ( et/ou ) imposés par la France ( Françafrique et Barbouse ), il n’en est rien …Une des meilleures qualités leur manque, assurément : comme par hasard, soit ils sont des Cancres sans aucune éducation, soit comme Deby, Orphelin et délinquant, à bas âge… Faites le Tour : Bokassa, Eyadema, Bongo, Condé, Biya, Obiang Guema, Mobutu, qui jouent, entre autres, les pitres…. Propulses à la tête de leur pays, ils s’estiment récompensés et font tout pour satisfaire la France. Comme la décision de changer tel ou tel dirigeant appartient à la France, la surprise est plus que retentissante. Du Café, du Cacao, du Coton, nous sommes passés, sans transition, au Pétrole ; Depuis le tourbillon de la Société de consommation, dont la sève est les nattières 1ère, les populations d’Afrique sont devenues des fournisseurs mondiaux : Chacun espère l’avoir au moindre prix…. L’Industrialisation, ayant engendré le Syndicat, a fait de la lutte des classes, l’élément régulateur…Si le plus bas prix est souhaité, personne ne s’acharne à dévaluer, jusqu’à la nullité. Alors, comment faire ? Les Africains doivent aussi privilégier les conditions des Travailleurs.

 

De plein pied dans le monde moderne, sans oublier le passé, les Africains doivent croire à la Lutte des classes : Indiquons-leur que la prise en valeur relève provient de vos idées ; Nous devons nous indigner la gestion de nos dirigeants est un véritable désastre. Dénoncer et protester, voire menacer leur existence, ainsi que celle de leurs proches…. Fini, la prière commune avec les bourreaux, rencontres et autres cérémonies en Famille, pour mariage, baptême ou enterrement ; c’est aussi nous, depuis 28 ans, au lieu de les condamner, adoucissons leurs crimes et faussons comme si de rien n’était.

 

À la fois dirigeants et assassins, la Justice qu’ils dirigent ne les sanctionne jamais ; tous ceux qui font justice doivent s’indigner, ils sont recevables. En l’absence de l’État de droit, il ne nous reste que la Légitimité décence.

 

Réveillons-nous ; chers compatriotes,

Excellence Taher Ali NANAYE 

1026 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article