Abdelkader Mahamat Seid, ancien Directeur de la sécurité aérienne de l’ADAC, Mathias TSARSI DG de la compagnie AirInter1, ALLADOUM Service ancien DGA de l’ADAC, Peter AKOESSI expert camerounais de l’OACI et Moustapha Abakar ancien DG de l’Autorité de l’Aviation Civile, sont toujours gardés à vue dans les locaux de la police judiciaire à cause du feuilleton de l’avion A340 retrouvé en Syrie.

 

Depuis plusieurs semaines déjà, l’affaire de l’immatriculation de l’avion Airbus A340 a défrayé la chronique. D’aucuns disent que le DG de la compagnie AirInter1 TSARSI Mathias aurait frauduleusement immatriculé l’avion A340 grâce à une complicité interne à ADAC et au Ministère de l’aviation civile pour mettre en activité entre Théran et Damas ; d’autres par contre, affirment que cette affaire n’est qu’une conspiration de l’ancien Directeur Général de l’ADAC Moustapha Abakar visant à tordre le cou à TSARSI Mathias et d’enterrer sa compagnie. Mais après enquête et investigations, la vérité semble donner son verdict.

« Il n’y a rien de plus vrai que la vérité », disait un penseur contemporain. Dans la foulée de cette affaire qui a fait tomber la Ministre de l’aviation civile Haoua ACYL, le DG de l’autorité de l’aviation civile (ADAC) et a fait clouer Mathias TSARSI DG de la compagnie AirInter1, l’on est plus loin de découvrir la vérité. Et comme le dit si-bien un chanteur, « quel que soit la durée de la nuit, le soleil apparaitra ». Cependant, de quel côté est la vérité ?

 

Eh bien allons aux faits ! Dans sa déposition à la coordination de la police judiciaire, l’ancien DG de l’ADAC a indiqué que lorsqu’il avait reçu la demande d’immatriculation de l’avion A340 le 03 janvier 2017, il a fait des annotations suivantes : « les inspecteurs de l’ADAC ne sont pas qualifiés pour inspecter un avion de type Airbus A340 en vue de lui attribuer une immatriculation. Il faut donc que la compagnie AirInter1 supporte le coût de recyclage des inspecteurs sans cela, il ne peut avoir la mission d’inspection physique de l’avion. » Après cette annotation, il a renvoyé le dossier à l’inspecteur Abdelkader Mahamat Seïd, ancien Directeur de la sécurité aérienne (DSA) de l’ADAC pour étude.

 

L’inspecteur Abdelkader quant à lui, après avoir lu les annotations de son DG, a classé le dossier sans suite. Plusieurs semaines plus tard, l’inspecteur Abdelkader était en congé et le DG Moustapha envoi son assistant chercher le dossier au bureau dudit inspecteur. On lui fait savoir que ce dernier est en congé et son bureau est fermé. Moustapha signe et persiste qu’il veut absolument le dossier de l’avion A340. Il défonce ainsi le bureau de son collègue Abdelkader et récupère le dossier. « Depuis ce jour, je n’ai plus eu la suite de ce dossier d’immatriculation de l’avion A340. Mais grande a été ma surprise lorsque j’ai lu sur les réseaux sociaux que l’avion en question a été immatriculé au Tchad et mis en circulation en Syrie. » a déclaré Abdelkader Mahamat Seïd dans sa déposition.

 

À travers ces deux versions des faits, où est la vérité ? Pourquoi le DG Moustapha a – t – il insisté pour casser la porte du bureau de son collaborateur Abdelkader pour lui soutirer le dossier ? Qu’a t – il fait avec le dossier ? N’y a – t – il pas vraiment quelque chose qui cloche ?

 

À y voir clair, cette affaire ressemble à une mise en scène digne des séries hollywoodiennes américaines où l’on fabrique des accusations de toutes pièces pour condamner les innocents et légitimer les coupables. Sinon, comment peut – on imaginer que le fait qu’on ait adressé une simple demande d’immatriculation d’un avion, que l’on puisse transformer cela en un acte de complicité terroriste ? Que la justice dise le droit et que la vérité jaillisse des décombres de ce silence.

 

L’article 12 du code de l’aviation civile au Tchad indique que seul le DG de l’ADAC est habilité à se prononcer devant n’importe quelle juridiction de ce qui concerne l’ADAC. Alors de pourquoi incriminer les autres ? Quel est leur degré d’implication dans cette conspiration ?

 

Et pourquoi limoger la pauvre Haoua ACYL ?

 

La pauvre Ministre de l’aviation civile et de la Météorologie nationale Haoua ACYL a été démise de ses fonctions dans la foulée de cette affaire. Elle qui s’est opposée au projet machiavélique de Moustapha Abakar ancien DG de l’ADAC s’est retrouvée sacrifier par le pouvoir. On lui reproche d’être au courant de l’affaire mais qu’elle aurait négligé la portée. Mais selon des sources proches de Haoua ACYL, à une semaine de son limogeage, la Ministre avait eu une violente discussion avec le DG Moustapha. La Ministre aurait indiqué à Moustapha qu’elle supporte très mal de collaborer avec lui et qu’elle sera dans l’obligation de le faire partir, et ce dernier lui aurait aussi promis qu’ils partiront ensemble.

 

Pour les cadres du Ministère de l’aviation civile, l’ancien DG de l’ADAC Moustapha Abakar a depuis toujours manipulé la Ministre Haoua Acyl et c’est ce dernier temps qu’elle s’est rendue compte lorsqu’elle voulait se libérer du joug de Moustapha, c’était déjà tard. Ainsi, peut- on dire que le Président Déby a eu tort de limoger sa belle-sœur ?

 

Dans la déposition de la Ministre de l’Aviation Civile et de la Météorologie Nationale, elle a indiqué clairement que Mathias Tsarsi n’est pour rien dans cette affaire de l’avion Airbus A340. Qu’il a certes émis une demande d’immatriculation de cet avion le 03 janvier à ADAC, mais que techniquement, qu’il ne peut pas immatriculer ledit avion pour le faire voler d’un pays à un autre.

 

En revanche, elle a expliqué aux enquêteurs de la Police Judiciaire (PJ) pendant son audition que l’ambassadrice des USA lui a envoyé une correspondance dans laquelle elle lui a parlé de la sous-location de l’avion-cargo Ilyushin 18D, immatriculé TT- WAK, version cargo basé à Fujaïrah aux Émirats Arabes Unis et effectuant des vols cargo à la demande. L’avion en question appartient au groupe Dastero et est exploité par la compagnie Air Inter 1. Selon la correspondance, cet avion Ilyushin 18D est un cargo de grande capacité (400 tonnes) ; donc il faut que la Ministre empêche la compagnie AirInter1 de transférer cet avion à la compagnie Agalieuku Airways du Swaziland « qui n’a effectué aucun vol et qui risquerai de vendre ledit avion à la compagnie Mahan Air ». Or, Mahan Air est une compagnie qui figure dans la liste noire des USA parce qu’en 2011, cette compagnie avait livré des matériels de guerre et des armements l’unité de garde révolutionnaire de la Syrie.

 

Et pourquoi vouloir faire de Mathias TSARSI DG d’AirInter1, un bouc émissaire ?

 

Dans ce feuilleton de l’avion A340, le DG de la compagnie Air Inter One Mathias TSARSI serait la cible facile à abattre ou à livrer pour servir la volonté du président Déby qui garde un œil ouvert sur cette affaire. Mais que lui reproche-t-on exactement ? A – t – il vraiment immatriculé un avion pour transporter les armes aux terroristes syriens ? L’avion Ilyushin 18D est-il réellement un avion litigieux ?

 

En effet, selon les auditions de l’enquête préliminaire, on lui reproche d’avoir émis la demande d’immatriculation de l’avion A340 le 03 janvier 2017 mais lorsque l’avion a été acheté par les syriens, il n’a pas envoyé un courrier d’annulation de la demande. Or, cette accusation ressemble beaucoup plus à une volonté d’étiqueter Mathias car, une simple demande d’immatriculation ne peut pas faire l’objet d’une immatriculation, surtout quand on sait qu’un avion n’est pas une moto qu’un simple chef de service peut immatriculer depuis son bureau.

 

Le jeudi dernier, le Premier Ministre aurait signé l’ordre de mission à quelques autorités de se rendre à Yaoundé au Cameroun pour vérifier toutes les activités sur le compte du DG de la compagnie AirInter1. L’objectif de cette mission est de vérifier est ce que Mathias Tsarsi n’a pas reçu de virements ou transferts d’argent à partir de la Syrie, afin d’établir sa culpabilité. Il convient bien de se demander pourquoi le pouvoir s’acharne-t-il sur lui ? Est-il interdit de créer des entreprises afin de développer le pays ? Le Président Déby veut – il vraiment développer ce pays ? Si oui, pourquoi alors laisser ses proches collaborateurs tordre le cou aux honnêtes citoyens qui créent des entreprises pour améliorer l’image de ce pays ? En vérité, si le Président de la République veut sauver ce pays, il a intérêt à vraiment libéraliser l’activité économique et éviter que quelques groupuscules usent et abusent de leurs positions pour tuer le génie de ceux qui veulent entreprendre.

AL KHALIL MAHAMAT IDRISS

 

2149 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article