Selon l’analyse de Soumaine Mahamat Bougar, Consultant sur le Sahel, les affrontements en cours entre les forces de l’armée soudanaise agissant sous la direction du général Abdoulfatha Al-Bourhan et les éléments de FSR dirigés par le Général Mohamed Hamdan Dakhlo dit « Hemeti » entraîneront des conséquences sur le Tchad.

Pour lui, trois scénarios se dégagent :

1er scénario :

Supposons une défaite des éléments de Hemeti à la porte de Khartoum, ce serait synonyme de la reprise de la rébellion au Darfour, c’est à dire un Hemeti acculé va se retrancher dans son bastion traditionnel et va non seulement combattre les généraux de Khartoum mais aussi, fera face à tous ses ennemis d’hier notamment d’autres forces existantes et appartenant aux tribus  du Darfour.

Ça serait une guerre de survie pour lui et ses éléments. On assistera alors au « Darfour 2 » et tout ce que vous imaginez comme drames humanitaires, déplacés, réfugiés qui arrivent en milliers dans les pays voisins notamment le Tchad ainsi que les conflits intercommunautaires, puisque les vieux démons réapparaîtront.

Hemeti donnera dans un premier temps un coup de pouce à ses proches de l’autre côté de la frontière à faire face aux autres communautés frontalières (exemple communautés vivants entre deux pays) qui jadis vivaient à couteaux tirés. Dans ce grand bazar surgiront des leaderships apparentés avec Hemeti, souvent des parfaits inconnus et pas forcément des personnalités consensuelles, auront quand même des ambitions de conquête de pouvoir au Tchad.

2e scénario :

Supposons que Hemeti arrive à chasser ce qu’on appelle aujourd’hui les forces armées du Soudan (FAS) de Khartoum. Que se passera-t-il ? L’objectif de Hemeti ne serait pas de s’emparer et conserver le pouvoir ; son objectif, serait de chasser du pouvoir ces généraux et installer au bout de quelques mois un gouvernement civil. Un Pantin ou un individu acquis à sa cause, surtout qui respectera son statut en tant qu’une force paramilitaire à part entière. C’est le message d’ailleurs qu’il veut envoyer au peuple soudanais depuis le début de la transition ; lui, il est avec le peuple et les militaires (ses éléments) ne sont pas des assoiffés du pouvoir.

Et le Tchad dans ça ? Quoique notre pays connaîtra une période d’accalmie mais mouvementé, le temps que le nouveau Maître de Khartoum arrive à « stabiliser » et à voir le bout du tunnel, pourrait prendre une année voire deux, dès qu’il arrive à se situer de son statut au sein du Soudan dirigé par les civils installés par lui-même (rappelons bien). Avec l’aide de Wagner (les paramilitaires Russes) ils soutiendront toutes les dissidences tchadiennes, notamment ses cousins qui sont en nombre dans ses rangs et qui sont parfois issus des tribus arabes tchadiennes.

3e scénario : le statu quo.

Un autre scénario aussi possible, serait le fait que dans cette guerre, il n’y aura pas un gagnant à court terme. Il serait aussi probable que certaines villes puissent passer aux mains des généraux de Khartoum et d’autres contrôlées par les éléments de Hemeti. C’est à l’image de la Libye d’aujourd’hui (le camp de Khaftar et celui de Tripoli). Et donc, ce serait le statu quo. Et le Tchad dans ça ? Avoir un voisin instable, avec des frontières poreuses, la circulation des armes, les conflits tribaux, les drames humanitaires…, rendront la tâche incontestablement très difficile à notre pays.

Soumaine Mahamat Bougar, Consultant sur le Sahel

1711 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire