Le ministère du pétrole et de l’énergie
Direction générale de SNE

Monsieur le Ministre, point n’aie besoin qu’on nous dise que le brut tchadien coule depuis 2003. L’entité qui gère l’énergie au Tchad a subi des restructurations supposées circonscrire les carences énergétiques.
Rien ne semble avancer malheureusement.
Avec l’avènement des Technologies de l’information et de la Communication, le besoin en énergie est croissant.

Comme le ridicule de tue pas, aller à la recherche d’une prise électrique pour charger le téléphone est devenue une fonction première des tchadiens.
Ils se promènent avec de chargeur ; Je veux charger mon téléphone a pris le dessus sur le bonjour( salam maleck), car pour la plupart des petits fils de Toumai, à défaut d’énergie, ils sont déconnectés des siens ou risquent de rater une affaire faute de moyens de communications alors ils courent en longueur de journées pour palier ce dysfonctionnement imposé.
Pour un début, certains ont acquis des générateurs de moyenne capacité pour le relai, mais qui ne parviennent plus à supporter cette canicule et sont malheureusement hors service après les premiers mois d’usage.

Aussi, certains foyers étant éteints, les mères sont obligées de déprogrammer le petit déjeuner ce qui n’est du gout des pères, source des conflits familiaux aujourdhui: plus de moyens de conservation, nombre de chats ravageurs a augmenté qui emportent tout sur leur passage.

Monsieur le Ministre que feront les citoyens, si rien n’est fait sous peu ?
Nous sommes un des pays pétroliers, sinon le seul au monde où nous entendons chaque semaine carence de gaz- oil, carence en essence ou encore de gaz. Les provinces quant à elles, sont dans les oubliettes.

Togoï Chidi Djeky Martami

1791 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire