La solution pour mettre fin aux détournements et aux vols d’argent, c’est la création d’emplois et beaucoup d’emplois au Tchad. J’ai toujours humblement dit et répété à qui vaudrait m’entendre que, quand on garde l’argent au frais quelque part dans des caisses de l’Etat à ne rien faire avec, ça attire des voleurs de toutes sortes. Un adage du Kanem dit « Porte et clôture entrouvertes rend voleur l’homme honnête ». Le pire dans tout cela, l’argent détourné et volé par nos compatriotes çà et là, et caché quelque part au Tchad ou à l’étranger finira sûrement par être volé à son tour, surtout par des étrangers. Quand les étrangers comprennent que l’origine de ton argent est douteuse, ils te feront chanter jusqu’à ce que tu abandonnes ta prise ; c’est doublement malheureux. N’est-ce pas dit-on biens mal acquis ne profitent jamais ? Au final, n’est-ce pas sont perdant le Tchad et le peuple tchadien ? N’est-ce pas beaucoup de nos compatriotes atteints de la pléonexie ont perdu leur dignité à cause de l’argent qui traine dans les comptes publics ?

C’est pourquoi, chers frères et sœurs, chères plus hautes autorités, au lieu de crier chaque année « Au Voleurs…Au Détourneurs des biens publics etc…ou brandir le Coran ou la Bible » et l’oublier par la suite pour recommencer à crier « au voleur…etc. » l’année suivante ; je propose de lutter contre ce phénomène techniquement, mécaniquement et non seulement verbalement. Afin, de l’éradiquer définitivement.

Je propose à ce qu’on se décide maintenant de créer des vrais emplois, beaucoup d’emplois encore et encore d’emplois au Tchad, et non des « Formations » BIDON. Il faut faire circuler l’argent sans arrêt dans les circuits économiques du pays. Ainsi, on aurait gagné deux choses : Avoir sauvé l’argent et créé massivement d’emplois en redynamisant par la même occasion l’économie du pays.

Et, c’est alors que, la Paix et le Vivre ensemble se matérialiseront réellement sur le terrain. Sinon, à ce jour, les Appels au Vivre Ensemble et à la Paix qu’on entend çà et là sont en réalité des propos Creux, Folkloriques et Bizarroïdes ! Pour qui n’a pas à manger, la PAIX c’est d’abord le PAIN. Quatre lettres égalent quatre lettres (PAIX = PAIN) !

Pour soutenir cette thèse, je n’ai pas besoin d’être politicien. D’ailleurs, je n’ai ni le temps ni le talent. Quand bien-même que le secteur privé et le secteur public ont les mêmes clients ; les habitants d’un territoire donné à servir. À la différence que pour parvenir à leurs fins, le secteur privé utilise la carotte tandis que le pouvoir public utilise la carotte et le bâton. Apparemment il ne reste que le bâton au Tchad. Alors que la carotte est toujours possible !

Le secteur privé créatif dont je fais partie, est l’aboutissement de plusieurs décennies d’expériences pratiques et théoriques dans des nombreux domaines socialement utiles et économiquement rentables. Nous sommes donc, le secteur le mieux placé pour parler de créations d’emplois au Tchad. Des solutions des plus simples aux plus élaborées sont disponibles.

Chers frères et sœurs, ne laissons pas ainsi nos milliards FCFA s’envolés pour aller nourrir des populations étrangères gratuitement. Alors que les besoins et les possibilités des créations d’emplois massifs pour nos propres populations sont là et criards. Si, aujourd’hui les autorités tchadiennes sont disposées d’essayer mes propositions pour

sortir le Tchad et les tchadiens de la pauvreté ; je serai prêts dès demain, à signer noir sur blanc le Contrat de mon engagement patriotique, avec obligations des résultats sur Cinq (5) ans. Afin de sortir notre pays de la crise économique et de la pauvreté par un chemin plus court et inédit. La Concertation Public-Privé que je réclame avec le pouvoir public est un gage de réussite d’une telle prouesse exceptionnelle.

Pour finir, et en dépit de courir le risque de passer pour un ridicule, ou pour un illuminé, je persiste et signe que nous du secteur privé à l’esprit inventif et créatif, sommes en mesure de sortir tous les tchadiens de la précarité en moins de Cinq (5) ans. Je dis bien l’amélioration des conditions de vie de tous les tchadiens à la hauteur de leurs ambitions justifiées : Jeunes, vieux, hommes et femmes ; analphabètes ou instruits. Ce n’est pas de la Magie, simplement du Cartésien !

Car, en vérité les conditions essentielles pour l’amélioration des conditions de vie de tchadiens (restées jusqu’à là inexploitées), étaient déjà réunies grâce aux efforts du Gouvernement du Tchad. Mais malheureusement, tous les efforts des Gouvernements successifs, et tous les acquis ont été toujours foulés aux pieds et/ou passées inaperçues ; par méconnaissance, négligence et/ou manque de patriotisme.

Pour finir, rappelons-nous chers frères tchadiens, que tous les pays dits émergents se sont développés grâce aux efforts de leurs propres ressortissants ; et non en comptant exclusivement tout le temps sur l’apport d’expertises, des capitaux et concepts venus de l’étranger. Le Développement du Tchad c’est notre Affaire à nous du secteur privé engagé pour le développement économique. Quand bien même que la volonté de commencer la marche vers le développement du pays est du ressort du pouvoir public.

Oui, nous sommes prêts ; pour sortir notre cher et beau pays de la pauvreté par un chemin plus court et inédit !

Mahamat Nour Abakar

Opérateur économique & chercheur indépendant Actuellement en visite privée en France

1846 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire