Pourquoi notre brave jeune compatriote Nassour Mahamat Issakh face à son bourreau a fait cette allégeance au feu Président Hissein Habré (paix à son âme) ?

Pourquoi face à cette brutalité bestiale envers lui et face à une mort imminente, au lieu de demander clémence et pitié et chialer comme les autres (beaucoup auraient fait pour moins que ça), mais lui, il a préféré choquer ce sauvage en faisant appel à l’histoire ?

Pourquoi ce brave jeune homme, pense-t-il que face à cette violence qu’il subit, l’évocation du nom de Hissein Habré pourrait équivaloir à une douleur similaire à la sienne chez cet animal ?

Pourquoi nom de Dieu, l’évocation du nom de Hissein Habré doitelle éveiller une quelconque douleur chez les Libyens ?

Essayons de répondre humblement à ces questionnements.

Chez les Libyens, la principale raison est symbolisée par cette image ci-dessous (). En effet, des prisonniers libyens (dont le désormais Général Khalifa Haftar) à genoux devant des éléments de la vaillante et grande FANT. Fait historique, de la mémoire mondiale collective récente, ou aucune « armée noire » n’a vaincu une « armée blanche », et voir à travers les petits écrans du monde entier, défiler des prisonniers blancs libyens enchaînés par des nègres chétifs.

À l’époque cela a fait ressortir la vraie nature de certains racistes, cf. notamment l’éditorial du journal Jeune-Afrique de B. Ben Yahmed sur la défaite de l’armée de Ghadafi (intitulée guerre de Toyota). En Libye, Ghadafi avait fait un black-out total sur l’issue de la guerre contre le Tchad et le sort des prisonniers ainsi que celui des morts dans sa guerre totale au Tchad.

Je me souviens qu’à la radio Tchad, ils ont offert la possibilité aux prisonniers libyens de faire savoir à travers des communiquées, à leurs parents en Libye qu’ils sont vivants et prisonniers au Tchad. Plus tard ces prisonniers sont mis à la disposition de Khalifa Haftar pour renverser Ghadafi. Une sorte de retour de bâton à l’expéditeur.

Quel génie, quel Homme d’État fut ce Hissein Habré (paix à son âme), n’en déplaise aux haineux, étouffez-vous avec votre haine.

Beaucoup des familles libyennes sont endeuillées par cette folie de Ghadafi.

La bataille de Fada en dit long ; la bataille de Wadi-Doum en dit long ; la bataille de Maaten-es-Sara en dit long ; la bataille d’Aouzou en dit long. N’eût été cette malheureuse guerre de Golfe, il n’y aura ni Ghadafi, ni Déby, ni tous ces voyous de la république qui ont mis le Tchad par terre. Bref !!! C’était écrit.

Voilà pourquoi, le fait de se réclamer de Hissein Habré auprès d’un Libyen, ce serait une des pires douleurs qu’on peut infliger à un Libyen. Dorénavant, nous en userons à volonté et sans modération face aux barbares de cette contrée.

Par contre, si face à une situation pareille, à l’issue d’une atroce torture, après avoir décliné son identité, on est emmené instinctivement à s’identifier à Hissein Habré, alors, malgré toute cette campagne de désinformation et de désorientation faites à son égard, malgré l’abrutissement massif fait depuis plus de 30 ans, malgré la haine déversée envers sa personne, les œuvres de ce Grand Homme d’État sont réelles et vivaces, également dans le subconscient de tous les Tchadiens.

En effet, tout le monde le sait, quand il a pris le pouvoir en juin 1982, le Président Hissein Habré a retrouvé une administration quasi inexistante, un état néant, une nation secouée dans ces profondes entrailles. Finalement, tout le monde est d’accord qu’en 8 ans, avec la contribution des cadres intègres et compétents, il a restructuré l’administration, il a refondé la nation en faisant revenir au pays la quasi-totalité des opposants pour y contribuer également à la reconstruction de notre pays.

Beaucoup d’entre eux sont encore vivants et ils peuvent en témoigner. Nationaliste et panafricaniste dans l’âme, il négocie le dossier Pétrole tchadien pour l’intérêt du Tchad et non pour l’intérêt égoïste individuel, clanique et mafieux comme c’est le cas aujourd’hui.

Ainsi, au Tchad de MPS, au lieu de s’enorgueillir et tirer une certaine fierté comme le fit notre jeune compatriote Nassour Mahamat Issakh, ils ont occulté et dénaturé toute cette histoire et remplacé par des contrevérités. Cela a favorisé ainsi, l’éclosion de toute une génération des gens dépourvus de tout sens de patriotisme, de tout sens de nationalisme et du respect de la chose public. Cela a également occasionné l’arrivée de toute une génération de voleur, de détourneur de bien public, de corrupteur et de corrompu. Résultat, 30 ans de gabegie ; 30 ans de régression sociale, économique et culturelle ; 30 ans de vol à ciel ouvert ; bradage de notre pétrole au profit des mafieux et des va-nu-pieds de tous bords et le peuple n’as que les yeux pour pleurer.

En effet, depuis plus de 30 ans, d’énormes efforts, des sommes faramineuses, des manipulations multiformes, ont été déployés par de différents lobbys (tchadiens, franco-africains, etc.) pour dénaturer et effacer de la mémoire collective, toutes les bonnes œuvres du Président Hissein Habré.

Et paf !!!, prenez ça en pleine gueule.

À travers cette petite phrase innocente, « je suis de Hissein Habré », tous vos mensonges et falsifications de notre histoire vous reviennent en pleine figure comme un boomerang. On dit que la vérité finira toujours par triompher. Cet adage n’a jamais été aussi vrai. Oui, aujourd’hui cette vérité est sortie de la bouche d’un supposé « condamné à mort » (mais Dieu est là). Le bourreau dit, quelle est votre dernière parole avant votre exécution ? « Je suis de Hissein Habré » dit-il à notre jeune fils. Merci, mon fils, d’avoir rendu hommage à ce Grand Homme d’État.

Observez bien cette séquence, c’est instinctif, c’est magistral, Dieu rend justice à travers plusieurs canaux.

Fraternellement vôtre, Saleh GOUKOUNI Seïd saleh.goukouni@sfr.fr

1637 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire