Rappel à l’ordre à tous les leaders d’oppositions politiques, militaires. Le défi d’unité, d’objectivité, de conviction, et de coordination s’impose. Ne détruisons pas un travail de long à haleine par des prétentions et l’égocentrisme.

Le devoir patriotique nous oblige à faire face! « Le droit démocratique ne fait pas la paix, il fait la guerre » sans l’unité, et la conviction des forces vives nous ne gagnerons jamais, même pas une bataille, alors ne minimisons pas notre adversaire quelque soit notre force. Soyons lucides et objectifs ».

 

Connaissez-vous beaucoup d’hommes qui attribuent leurs échecs à leurs incapacités ? La pire erreur dans l’effort n’est dans l’échec, mais elle réside dans l’incapacité de dominer l’échec. Pour l’occident, Idriss Deby, dans l’aspect du terrorisme est devenu incontournable au Sahel. Pire, aujourd’hui Idriss Deby a tout légué aux autres pour s’éterniser au pouvoir. Dans le jappement, nous avons jamais mené une action de lutte jusqu’à là, que sa soit les activistes, les différentes forces de l’opposition, la diaspora, ainsi que les blogueurs. Nous nous complaisons que dans la dénonciation, relayer les informations, et produire les communiqués. Devant un peuple aveuglé par l’ignorance, la peur, et emporté par l’égoïsme, on ne se retrouve que dans la désunion, et l’inconscience collective. Nous sommes loin d’incarner le militantisme d’une lutte citoyenne voulue par la majorité de nos populations. Nous devons être à terme dans la conscience individuelle pour ne pas seulement se débattre dans l’atermoiement, et l’asphyxie permanents des Tchadiens.

 

Je voudrais interpeler nos aînés opposants qui deviennent indifférents quand ce n’est pas eux qui conduisent les choses, silencieux dans cette lutte patriotique actuelle qui n’est pas encore finalisée, le refus de s’imprégner, à assister la jeunesse qui trébuche, qui est désorientée, à aider à constituer une seule et unique arme, sans rancune, pour parler le même langage, dans l’intérêt patriotique. Il faut éviter par l’expérience de commettre les mêmes échecs, des précédents qui sont la cause des abandons massive aujourd’hui sur cette alternative politico-militaire. Certains hégémonismes, égocentrismes, masquent l’éclosion d’un leadership, alors que l’intérêt permanent gangrène les responsables des mouvements d’opposition pour une division constante, d’autres ne sont là que pour se positionner. L’objective et la conviction dans l’unité sont délaissés voilà 26 ans qu’avec des Quiproquos. Aux finales Idriss Deby se frotte les mains malgré qu’assez souvent il a été acculé, dos au mur. 26 ans de gouvernement suppôt, des hommes merdeux des fois incapables, qui se prosternent en permanence. 26 ans de gouvernance insipide face à un peuple cané, qui a abdiqué et qui se débat au lieu de se combattre.

 

–  Pourquoi la jeunesse est aveugle ?

 

– Est ce que c’est à cause des échecs précédents de politico-militaire ?

 

Le Tchad est un et indivisible, ce n’est pas normal que ce soit toujours les 10 % des mêmes régions tchadiennes qui optent pour l’alternative politico-militaire, quand le Tchad est en otage, devant les 90 % qui sont nulle part. Cette attitude sème la haine, pour ceux qui risquent leurs vies pour la liberté et l’indépendance. Mais dans l’instabilité, devant la cerise sur le gâteau les prétentieux surgissent dans le trouble démocratique pour avoir l’équité. Nous sommes tous appelés à serrer les rangs devant l’hymne national.

 

– Qu’est-ce que l’onconnaît de la démocratie quand notre constitution est violée ?

– Qu’est ce qu’on connaît de la liberté quand on est accroupie, on s’entre tue pour l’étranger, devant le monde entier ?

– Qu’est qu’on connaît du patriotisme quand notre pays est en otage, sa richesse est spoliée ?

– Qu’est ce qu’on ferait avec le leadership quand la lutte devient commune, un devoir national, une obligation ?

– La lutte de la libération du Tchad est sous ses différentes formes au prix de vaincre ou mourir. Dans l’unité patriotique, la conviction, le Tchad ne sera pas esclave de son histoire, prisonnier de son avenir.

 

  • Le seul combat qui est perdu d’avance, celui auquel on renonce. La liberté, la justice, l’égalité, la dignité, et la démocratie africaine et tchadienne sont désormais notre lutte quotidienne, la lutte d’un peuple uni conscientisé et décidé.

 

  • À Bas la manipulation, l’Ethnicisme, la corruption, le népotisme, le clanisme, le néocolonialisme, l’injustice. Vive le Tchad, vive l’union nationale, vive la jeunesse et le peuple digne.

 

  • Dieu bénit le Tchad. L’Union fait la force. Le pouvoir est pour le peuple, soyons toujours UNIS pour être solidaire et attentif !

 

  • À bas l’oppression! Vive le Tchad Vive la république Tchad yahaya!!
1561 Vues

  • Je passe très épisodiquement sur ce site.Mais à chaque fois, j’ai trouvé les analyses de Souradj Oumar Sakine très pertinentes. Je tiens à vous féliciter pour cette clairevoyance.

    Commentaire par Jordan le 20 juillet 2017 à 9 h 10 min