Conformément dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19 prévoyant l’aspect gratuité de l’énergie, le Président de la République Idriss Deby Itno a fait ce matin une réunion avec tous les acteurs impliqués duquel secteur.

D’entrée de jeu, le Président de la République a laissé entendre qu’il est frappé par une très grande consternation, celle d’avoir tristement constaté que le secteur énergétique souffre d’énormes d’irrégularités dans sa distribution. Et plus loin au Président de dire que, l’État du Tchad subventionne 60 milliards de francs CFA chaque année au secteur énergétique à raison de 11 citernes de carburant par jour. Et au Président de s’indigner et de déplorer cette situation énergétique rocambolesque dans laquelle les Tchadiens y vivent depuis quasiment 30 années. Car la lutte contre la propagation du Covid-19 n’aura été que la goutte d’eau qui fit déborder le vase.

Cette déclaration de consternation et d’indignation du Président de la République relative à la mauvaise gestion du secteur énergétique n’est que la traduction de la faillite de la politique du secteur énergétique. Le Président de la République en sa qualité de Chef endosse la pleine et première responsabilité de cette faillite énergétique d’autant plus que c’est lui qui nomme aux emplois civils et militaires, et donc le personnel du secteur énergétique y compris. En principe, il devrait s’enquérir de l’état de la marche du secteur énergétique à tout moment. Chose qu’il ne fit jamais en réalité.

Cette énième sortie du Président de la République reprochant subtilement au personnel du secteur énergétique d’être à l’origine de cette faillite du secteur énergétique n’est à l’inscrire qu’à son propre compte. En termes clairs, le Président de la République Idriss Deby Itno vient de sortir d’une profonde situation léthargique l’ayant conduit à une prise de conscience tardive de la dramatique situation énergétique dans laquelle y vivent les Tchadiens il y a belle lurette après que beaucoup de Tchadiens aient souligné ces derniers temps-ci laquelle situation d’échec du secteur énergétique.

Cette situation patente et manifeste d’échec du secteur énergétique se traduit également par le fait que les nominations à la tête et au sein du secteur énergétique résultent des cooptations partisanes, des récompenses électoralistes, des réseaux clientélistes et mafieux et des favoritismes ethnico-clanico-tribaux au détriment de la compétence, de la méritocratie, du travail bien fait, de la rigueur, du sérieux et de l’intégrité morale et d’éthique.

Mr le Président de la République, sauf votre bonne gouverne, l’on ne gouverne guère par des consternations et d’indignations sélectives. On gouverne un État avec des mesures fortes et suivies d’effets immédiats. Face à une situation d’échec patent comme celui du secteur énergétique, on remercie les principaux responsables de la situation en remplacement d’une nouvelle équipe dynamique et soucieuse du bien-être de la population.

« GOUVERNER, C’EST PRÉVOIR » !

Brahim Oguelemi,

Écrivain, Doctorant en Droit Public,

Membre actif d’Amnesty International et

Corédacteur en Chef de Toubou Média.

1395 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article