Ceux qui acceptent de se remettre en cause et sont fiers d’être critiqués dans leurs positions géopolitiques, c’est une prise de conscience vers le bon chemin des réussites.

Ça m’a sidéré le comportement de certains partis politiques démocratiques tchadiens, dits partis alliés du MPS, le parti de tous les maux des tchadiens et tchadiennes depuis 1er décembre 1990 !

On crée un parti politique que sur un projet de société et un programme politique, qui incarnent les aspirations profondes du peuple à la paix, à la démocratie, à la cohésion nationale, à la dignité humaine, à la liberté d’expression, à l’intégrité du territoire, à la justice sociale, au progrès scientifique, aux innovations dans les recherches et à la solidarité des patriotes progressistes.

Les partis, doivent aspirer légitimement à contribuer de manière significative à l’animation de la vie politique nationale et internationale du Tchad, à conquérir le pouvoir et à gérer l’État.

A cet effet, un parti politique démocratique est un cadre ouvert à tous les patriotes, à tous les démocrates, à tous les progressistes et à tous les citoyens qui s’engagent à respecter ses valeurs fondatrices et sans aucune discrimination notamment celles liées à l’origine sociale, au sexe, à l’ethnie, à la région, à la religion, à la caste, à la naissance, à la résidence ou à la profession. Cependant, à mon humble perception, l’ambition majeure de création d’un parti politique démocratique est de bâtir un Tchad meilleur en se fondant sur les ressources inépuisables de ses populations en matière de créativité et de courage et qui sont les véritables moteurs de tout progrès.

Mais, que veut dire de créer un parti politique démocratique aspirant à la magistrature suprême et aller se rallier à un autre parti au pouvoir depuis 1990, dirigé par un homme autoritaire, le pire des dictateurs que le Tchad ait connu à la fin du 20ème et au début du 21ème siècle et corrompu dans tous les dossiers stratégiques en première ligne, la défense avec la complicité de la France qui l’épaule avec sa base militaire.

Oui, les alliances font parties des géopolitiques mêmes dans les grandes démocraties du monde, mais doit-être une alliance ou un soutien politique de raison, dans l’intérêt supérieur de la nation. En France, même si elle n’est un exemple parfait de la démocratie, elle peut en aucune manière nous donner une leçon de la démocratie dans ses soutiens multiformes pendant 30 ans à son agent Deby, qu’elle a formé dans son école et installé à la magistrature suprême du Tchad pour défendre ses intérêts.

En 2002, au second tour des présidentielles, la gauche (PS) a appelé à voter la droite (les Républicains, ancien UMP) pour empêcher la montée en puissance d’extrême (RN, ancien FN), et aux dernières présidentielles françaises la gauche et la droite ont apportées leur soutien à l’Emmanuel Macron, c’est un choix politique mais républicain et un mariage de raison. Mais certains partis disent alliés du MPS, qui n’ont ni un siège, ni un projet de société et encore grave, ils se limitent qu’aux membres de la famille biologique du Président de parti. C’est normal qu’ils s’allient à un dictateur sans aucune vision d’avenir, parce qu’ils n’ont pas aussi un projet d’avenir pour le peuple tchadien.

Nous demandons à ces partis politiques de s’allier aux côtés du peuple tchadien, pas à un parti qui respecte non plus les termes d’accord de leurs alliances. Il vaut mieux de périr dans la dignité que survivre dans le déshonneur.

La vérité est dure à avaler mais elle doit passer quand même. Notre conscience nous empêche d’accepter un individu ou un régime nous rabaisse au rang d’animal ou de sous-homme dans notre propre pays.

La jeunesse tchadienne consciente doit dénoncer et lutter contre l’injustice sociale dans toutes ses formes, qui ont des caractères politiques marchandes et haineuses prônées par certains politiciens se dits de progressistes ou gouvernants pour leurs propres intérêts égoïstes au nom du peuple Tchadien.

Nous devons en aucun cas compter sur ses dirigeants qui n’ont aucun plan pour l’émergence de la jeunesse tchadienne et du Tchad. Nous appelons aussi à la prudence la jeunesse tchadienne, à ceux qui ont un agenda machiavélique caché, sous prétexte d’un parti politique cultivent des esprits haineux et cherchent à régler de comptes. La jeunesse tchadienne d’aujourd’hui est assez mûre de se laisser emporter par les sentiments d’aversion et de répulsion diaboliques. Chers compatriotes !

Qu’en pensez-vous de toutes ces tractations et manœuvres de ces derniers vis-à-vis de nous, les citoyens lambda ? Débat ouvert.

Vive le Socle Révolutionnaire de la Jeunesse Tchadienne Éveillée et Consciente ; Vive la République du Tchad ;

“Ta LIBERTÉ naîtra de ton courage” !

Par, Commissaire Divisionnaire de Police.

ABDOULAYE Moussa Adoum

1409 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article