L’ex DG de l’ANS Djiddi Saleh Kedellaye, le malicieux turbulent à la tête d’un groupuscule prenant en otage la communauté du Barh El-Gazel Djiddi Saleh Kedellaye, chef de canton de son état, un tribaliste de renom ici, communautariste étriqué ailleurs mais subdivioniste partout, en tout et dans tout. Inventeur talentueux, fabuleux, et fallacieux, endoctriné par une philosophie calomnieuse, manigancée par une zizanie étampée ridicule de tout bord mais bien oligarchique.

Vaguée par une idéologie diabolisée fumante dans une espèce de tige allumée, tenue en ses doigts autour d’une assemblée soumise et tribalisée où tout commence à vanter seulement son arrogance vieillie par certains et d’autres le rehaussent amplement juste pour l’immortaliser à chaque tige, une nouvelle histoire ravissante qui finira jusqu’à l’aurore ; telle l’histoire de Shéhérazade de mille et une nuit. Saoulé par les légendes de ses conteurs, narrateurs et parfois par ses tambourinaires de sa propre cour, le godillot, Général de division machiavélique, oubliant ses grades ainsi et même sa position d’être un filet de sécurité que mettre en exergue une terreur dans l’histoire de tout un peuple au-delà d’une nation vulnérable, finalement libre et démocratique avec l’avènement du 1er décembre 1990. Monsieur Djiddi Saleh Kedellaye, nous voulons évoluer comme des hirondelles dans une ère belle et dans une démocratie comme telle ! C’est fini cette histoire de la jungle où le peuple fut en cage. Avec une jeunesse humiliée, et une femme rejetée malgré tout aimée et enchérie par son Excellence Idriss Deby Itno. ASSEZ ! Tu as tant brûlé nos cœurs faisant peur jusqu’à nos seuils et nos dalles.

Malgré les pouvoirs de chefferies traditionnelles qui lui sont dévolus par la constitution de la 4ème République et départ sa position apolitique, le nébuleux Chef de canton, l’Ex Directeur de l’Agence National de Sécurité et actuel conseiller de sécurité à la Présidence de la République rêvant toujours à un degré de régression fusionnelle influente pour s’approprier de la ville de Moussoro étant comme le territoire propre de ses aïeux issus de sa tribu. Affolé par une grandeur dans un univers politique incertain, il devient dangereusement confus et sourd-muet pour archaïser en son propre tenant. Il place la notion de territorialité est au même degré que son héritage des féodaux ancêtres traditionalistes. Ce pendant après avoir allumé une tige de cigarette, entouré de ces conteurs narrateurs, il se croyait d’un pouvoir surnaturel et magique malgré qu’on fût également fumeur comme lui dans le même temps et dans ce même espace Tchadien.

L’unité des fils du pays, la cohésion sociale sont un défis auquel le sieur Djiddi Saleh Kedellaye n’arrive pas à vulgariser par mauvaise intention. Ceci n’est-il pas contraire aux valeurs que défend son Excellence le président Idriss Deby Itno ? Ce vantard est bien doté d’une personnalité douteuse en plus de sa nébulosité, organise des réunions privées chez lui pour intimider les militants(es) du Mouvement Patriotique Salut du Barh El-Gazel en se basant sur ses relations avec le chef de l’État.

C’est ce qui le permet de déchiqueter ou transfuser grâce à son hypocrisie voilée en cadre pleine de sagesse pour créer des groupuscules en divers taillades au sein des militants(es) du MPS et les différentes communautés du BEG en des sociétés divisées où il postule les inégalités sociales basées sur des classes : notamment en classe des nanties et des basses classes par les biais de ses missis dominicis vivant à Moussoro.

Par conséquent, en homme de confiance du président de la République et haut responsable du pays, il devrait normalement œuvrer en faveur de la paix sociale et de l’intérêt général que d’être embelli par ce toile d’araignée qui a conduit profondément la province du Barh El-Gazel dans un désarrois total malgré sa population réveillée, rêveuse depuis toujours dans l’attente d’un leader politique à son sein et dans son temps.

Un leader ouvert, concertant, proactif, managérial dans ses prise de décisions et qui sait intégrer notre diversité et ayant des valeurs intrinsèques comme disait toujours son excellence, Idriss Deby Itno et non à un leader déguisé, dominé par un dogme traditionaliste bobard contraignants les visions nobles et humaines du Chef de l’Etat. Au contraire le sieur Djiddi Saleh Kedellaye, met toujours en avant ses relations avec le Président de la République et cherchant fréquemment à apparaitre sur l’écran télévisé à côté du président afin de donner ses propres orientations pour tirer un intérêt égoïste personnel toujours utilisant des grossièretés. Cette personnalité crée une situation d’injustice et de discrimination insupportable en prenant les militants (es) du Barh El-Gazel en otage. Cette situation criminel créée une souffrance dans la chaire et âme de la population. C’est pourquoi ce système qui sème la terreur au sein des populations a poussé certains jeunes de partir.

Correspondance particulière depuis N’Djamena

Tchadanthropus-tribune

2303 Vues

  • Est-ce un poème?

    Commentaire par Nassour le 6 février 2020 à 8 h 43 min
  • Le dossier est vide

    Commentaire par Hamid le 6 février 2020 à 10 h 00 min