Intronisation de la République en marche, elle nous s’impose avec plus de rage. La situation n’est guère similaire celle d’une gestion républicaine, elle est en réalité une machine familiale en rotation. Le cas le plus flagrant c’est le comportement agité et hautain de Zakaria Idriss Deby. Ce jeunot conteste toujours certains principes protocolaires de la république, malgré que nous y sommes malencontreusement pris à leur goût. Zakaria Idriss Déby a abandonné ses activités diplomatiques et consulaires dans le but de bomber le torse de manière orgueilleuse, pour se faire passer comme le Président de la junte. Le comportement inadéquat hors usage, lors de la prière de Aïd Al Adha à la grande mosquée, il a semé sournoisement le doute sur le respect des principes hiérarchiques et protocolaires.

Il s’est assis juste à côté de Président de la junte, en se pavanant comme celui le vrai Président de la transition. Dans les normes protocolaires, il ne devait pas y rester à cette place, parce qu’il a simplement foulé aux pieds les règles qui régissent le protocole face à des agents protocolaires obséquieux. Normalement c’est le vice-président de l’Assemblée nationale, un patriarche des membres du gouvernement, une personne ressource ou un ancien Président, qui devait rester juxtaposer auprès de Président de la junte. L’avenir de notre pays s’assombrit de plus en plus par ces vides arrogants, chacun d’eux rêve à accaparer le fauteuil présidentiel. Leurs signes peu ordinaires, sont des signaux qui tirent notre attention sur ceux qu’ils sont pour le pays quand on le veut ou pas. Ce comportement contraire aux civilités, nous montre suffisamment son avenir pour le devenir de ce pays, il pense prendre en main cette monarchie fraternelle. Le Président de la junte est entouré par un réseau des trafiquants et des commerçants véreux, leur souci primordial se repose sur l’attribution des marchés colossaux pour remplir leurs panses. Dans un futur proche c’est l’écroulement de l’État sera dévastateur.

L’actuel Président de la junte, il n’est pas la vraie autorité morale et physique en tête de la junte. Celle qui conduit le pays de façon suicidaire, c’est bien la famille. Or, Mahamat Idriss Déby, est considéré comme une girouette qui tourne manuellement par la famille et les consorts. Il est conçu par la fratrie monarchique, comme un robot qui signe les décrets et les affaires courantes pour ces derniers. Le pays est géré comme une pâtisserie familiale, chacun invite ses copains ou ses copines afin de les faire savourer. Dans les mois à l’avenir, le pays sera vautré dans une impasse où ils seront incapables de tenir son gouvernail. Nous constatons une démission tacite de Président de la junte, du fait qu’il est forcé à agir officiellement. Il est pris en otage par famille et sa bande, il est tenu obligé d’obéir docilement les diktats instruits.

Cependant, nous devons nous retrouver dans un socle de l’unité et de la solidarité pour résister face à cette junte familiale, qui nous dirige par une main de fer dans un gant de velours. En faisant recours à nos dernières énergies et à nos derniers souffles, pour rassurer un avenir radieux à la génération future au prix de nos vies en éradiquant ce système mafieux. Notre spectacle constitue une lâcheté à non-assistance à un peuple en danger, nous devons braver leur dictature monarchique afin de se débarrasser de ces vermines.

Ordjei Abderahim Chaha, Président de RAJET

1137 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire