Passation de charges fait en date du 4 Mai 2021 dans la petite salle de réunion du dit département, AMB Mahamat Zène Cherif n’a pas raté son prédécesseur AMB Amine Abba Siddick en balayant d’un revers de main tout le travail battu par celui-ci afin de redresser et redonner une image d’une diplomatie dans toute ces lettres de noblesse. C’était l’actuel Ministre, qui a passé le témoin au sortant dans un pagaille et anarchie totale.
 
Le désordre instauré par Mahamat Zène Chérif est sans égal par le passé, peut-il être corrigé en moins de 10 mois ?
 
De tous les anciens Ministres des Affaires étrangères qu’à connu le Tchad, il n’y a aucun qui a pu se faire briller par sa médiocrité et à terni l’image de cette diplomatie que Chérif. C’est la mafia organisée par ce dernier et son clan (71 Cadres issus de sa région sans profil conforme au métier de diplomates).
 
C’est un xénophobe, qui a toujours entretenu de haine envers les cadres de la partie septentrionale du pays. Son ego surdimensionnée lui a valu le prix de la vengeance et de la haine envers des ambassadeurs plénipotentiaires en poste surtout ceux du grand Kanem. Qu’ils les méprisent, insultes au lieu de les instruire professionnellement.
 
Le colportage et coups bas etc… sont les bases du système de Chérif. La culture de travail en équipe a cédé de place au dysfonctionnement caractérisé dû aux nominations dans les services centraux qu’extérieurs (Mission Diplomatique du Tchad) des fonctionnaires stagiaires, voire des gens de quartier qui n’ont aucune attache juridique avec la Fonction Publique et sans aucune qualification professionnelle. C’est ainsi lors qu’il a été muté des Affaires Étrangères par le feu Maréchal Idriss Deby Itno, presque toutes les chancelleries tchadiennes à l’étranger ont soufflé un soulagement. Et se sont mis à rétablir le principe d’orthodoxie diplomatique hormis ceux qui sont parachuté par lui-même.
 
Le Népotisme viscérale de Chérif.
 
Cet homme aux soixantaines d’âge a été désavoué et rétrogradé par le feu Maréchal du Tchad à cause d’un système
“chérifien ” qui a le plaisir de nommer les siens par complaisance dans les missions Consulaires et Diplomatiques. C’est dans cette époque que l’institution en charge de la Diplomatie tchadienne c’est sa Direction Générale du Ministère Diriger par une femme de profession agronome. C’est la toute première fois au monde. Le ridicule ne tue pas dans ce département. C’est cette raison que la diplomatie tchadienne à été qualifiée de médiocre par les Missions habilitées au Tchad à l’instar l’Ambassade de France à Ndjamena. Cette manière de faire est dénommer par son instigateur « la réforme de la diplomatie tchadienne ». Cette méthode instaurée a été combattu par le syndicat de son département et finalement à eu gain de cause auprès du feu Maréchal Idriss Deby Itno. C’est pourquoi l’on se pose la question de savoir : à qui profite le retour de Chérif aux Affaires Étrangères ?
 
A-t-il profité de la mort du Maréchal du Tchad pour revenir terminer sa mission ?
 
Nombre de cadres du département se posent la question, quand bien même il est connu de tous que c’est une marionnette à la solde d’une puissance Étrangère de pays de golfe qui n’a jamais manqué de soutenir les terroristes au Sahel et en Libye. Alors, quelle est la mission actuelle de Chérif ?
 
L’On doit trouver la réponse dans le mouvement du groupe terroristes venant de la Libye qui sont ses proches et assassiné le Maréchal du Tchad, Idriss Deby Itno président de la République.
Pour mieux renseigner ses commanditaires et mieux se positionner, il aurait reçu de pétrodollars pour acheter la conscience de hautes personnalités du parti VIVA/RNDT, afin d’obtenir le portefeuille de cette institution hautement stratégique en cette période. Cet acte trahi la dernière volonté du feu Maréchal du Tchad.
 
Cet homme sans honneur n’est qu’une vermine dans la famille du feu Maréchal. Lors des conférences des Ambassadeurs, n’a-t-il pas laissé entendre, quand le débat est devenu houleux entre lui et Ambassadeur Zakaria Fadoul Kitir junior, Ambassadeur Zakaria Idriss Deby Itno, ce n’est pas lui qu’il a voulu être Ministre ?
Selon les oreilles indiscrètes, il aurait monnayé sa nomination au portefeuille des Affaires Étrangères. Pourquoi payer pour revenir aux charges ? A-t-il manqué de lucidité pour voir mieux la feuille de route du Conseil Militaire de la Transition ?
 
Quel résultat attendre d’une diplomatie basée sur le Népotisme, la clientèle, la gabegie financière et le désordre organisé par ce dernier ?
 
Le CMT doit dire sans ambiguïté sa feuille de route au Gouvernement de transition. Ce gouvernement est pour un « fait » exceptionnel en attendant le retour à la normalité. Il doit se focaliser sur le dialogue, réconciliation nationale et la refondation de l’état de droit.
 
Le trésor public doit être rigoureux dans ses dépenses. Tout projet autre que la réconciliation, le dialogue inclusif visant à jeter des nouvelles bases doit être stoppé.
 
Ce gouvernement ne doit pas être un gouvernement de rancune et de règlement de compte comme l’a fait Mahamat Zène Chérif avec son prédécesseur Amine Abba Siddick l’un de membres fondateurs de Bamina Assas. C’est pourquoi la feuille de route doit recadrer les actions de tous les membres du gouvernement pour éviter d’éventuels désagrément. Le Premier Ministre, qui est habileté à coordonner, impulser, orienter les actions du gouvernement est interpellé par rapport au dérapage et cela facilitera la tâche du Ministre D’État de bien faire son travail.
Mahamat Oussoumane Brahim

Chancelier des Affaires Étrangères

1865 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire