La ville de N’djaména En longueur des journées, certains ministres et maires de la capitale publient sans ambages à la télévision nationale des horribles images des inondations, comme un acte relevant de bon sens. Or, cette pratique, expose dans une certaine mesures, la misère dans laquelle croupissent les tchadiens surtout, ceux qui se retrouvent dans les quartiers inondés. Quel message ou leçon tire-t-on de cet aveu ? Nous devons au contraire travailler et non sévertuer à des actes fallacieux à but lucratif.

Nul na besoin dun prêche de imam ou de Pasteur pour comprendre que, la pluie ou l’inondation sont des phénomènes naturels, connus de tous et qui exigent des mesures de préventions, des efforts de tout le monde. Dans la mesure où les drains sont bouchés par des ordures ; Absence de canalisation dans les nouveaux quartiers ; Par absence de curage des canaux à l’approche de pluies, il va sans dire que les maisons puissent se retrouver sous l’eau et des concitoyens debout attendant les concours des bons samaritains. Il est vrai que les responsabilités sont partagées, d’une part dans un passé récent, en avril, mai ou juin, les services des communes s’attèlent aux ramassages des ordures, aménagements des pistes secondaires et construction des canaux qu’ils ont abandonné maintenant ; d’autres part les tchadiens contribuent à cette catastrophe car, ils abandonnent les déchets dans les rues, construisent et occupent le passage des eaux, malgré les sensibilisations. La pluie vient chaque année, nous devons nous préparer pour la recevoir. Le civisme; qui doit enseigner qui ?

Citoyens le pays nous appartient. Citoyens les villes vous appartiennent. Il faut accepter toujours les critiques, c’est elles qui vous feront avancer dans la vie active. Personne n’est indispensable.

Togoichidi@gmail.com

Togoï Chidi Djeky Martami

1245 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article