Je m’adresse à vous les agriculteurs et éleveurs tchadiens. Nous assistons ces dernières semaines de l’année aux excitations à la haine dans les dans nos différents villages.

Nous pouvons affirmer, aujourd’hui qu’aucune région du pays n’est épargnée par les conflits agriculteurs- éleveurs.

Or, certains concitoyens ignorant de la situation mais qui prétendent maitriser le pays se permettent d’accuser et d’insulter injustement les citoyens d’une région d’être des instigateurs de ces affrontements : ils n’ont pas compris. Nous appartenons tous à ce beau pays le Tchad, nous avons une même, le même sang et personne de nous n’a choisi y vivre ; c’est le destin.

Alors je vous exhorte, agriculteurs, éleveurs à la responsabilité, ne jamais suivre le discours de ces hommes en perte de vitesse. Ils agissent ainsi pour préserver leur intérêt. Dans toutes les régions du Tchad il y a des cultivateurs et les éleveurs. Vous ne pouvez pas identifier une tribu ou clan qui ne pratique spécifiquement que l’élevage ou l’agriculture.

Certains peuvent être à la fois cultivateurs- éleveurs, d’autres commerçants- fonctionnaires ceci juste pour joindre les deux bouts. Même, avant l’arrivée des colons au Tchad nos grands- parents ont vécu dans la symbiose, se respectaient et protégeaient les traditions et les coutumes des uns et les autres pourquoi aujourd’hui, cette harmonie est menacée. Dans les autres pays du monde les cultivateur et les éleveurs vivent toujours ensemble, pourquoi cette particularité du Tchad ? Nous notons une défaillance de l’État et appelons le gouvernement à prendre ses responsabilités pour restaurer la paix dans les différentes régions et départements. Sinon, tôt ou tard les responsabilités seront situées devant la loi et devant Dieu. Mes surs et mes frères entre vous les cultivateurs et les éleveurs je crois que vous n’avez pas de problème. Vos fils, vos frères, vos surs qui sont dans la ville ils sont ensemble. Ils sont des amis, des frères, des surs et des voisins. De surcroît ils se sont mariés entre eux. Éleveurs et cultivateurs il faut cesser la guerre. Un éleveur a toujours besoin d’un cultivateur et vice versa le cultivateur sans l’éleveur n’est pas équilibré dans ses activités, l’État tchadien aussi à besoin de vous tous.

La guerre Mayapán, muscle Mayapán Il faut envoyer vos enfants à l’école, c’est une meilleure solution pour vous et définitive. Bonne année 2021

Togoï Chidi Djeky Martami

togoichidi@gmail.com

286 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article