Au présent, malgré le refus regrettable de certains mouvements, l’accord de Doha est incontestablement une bonne nouvelle pour le Tchad. C’est un indéniable succès pour le PCMT à qui les détracteurs peuvent faire tous les reproches sauf de celui de l’exclusion délibérée. Après d’âpres et longues discussions, cet accord vient solder en partie les tumultes des années 90 et 2000. Hasard ou pas, le choix de cette date du 08 août confirme définitivement et symboliquement la fin d’une ère et le début d’une autre. Le défunt Maréchal ne peut plus servir de bouc-émissaire à nos éventuels futurs déboires. Que son âme repose en paix.
L’histoire nous a enseigné que les plus beaux accords n’ont jamais suffi à pacifier un pays, s’ils ne sont accompagnés d’une profonde correction des causes qui poussent à l’exil et à la lutte armée. Ces causes sont personnelles et subjectives parfois. Elles sont souvent objectives et d’intérêt général. Travaillons avec sincérité à gommer celles-ci et celles-là.
Comme d’autres compatriotes, Succès Masra a raison quand il alerte sur le risque de dérapage incontrôlé de notre avenir commun si le virage du Dialogue venait à être mal négocié. Dans cette hypothèse à prendre au sérieux, dès le lendemain du Dialogue, il est à craindre la formation des nouveaux groupes armés et la relance des anciens. Le sang des Tchadiens coulera de nouveau au grand bonheur de ceux qui rêvent du grand bazar. Dieu nous en préserve.
Les uns et les autres, nous devons nous écouter, nous respecter et nous entendre pour le Tchad et non sur le dos du Tchad qui vaut plus que quelques éphémères visées égoïstes. Pour ce faire, la crédibilité du Dialogue ne doit pas être écornée par la ruse, la mauvaise foi et les tartufferies d’où qu’elles viennent. À ce titre, certains positionnements des états-majors politiques n’augurent déjà rien de bon pour la suite du processus politique ouvert le 20 avril 2021. Il est encore temps de se ressaisir.
Enfin, les groupes politico-militaires qui n’ont pas pris le train de Doha ne doivent pas être diabolisés et ostracisés. Dans le sillage de l’ouverture maintenue par le PCMT, le Dialogue n’honorerait à constituer d’emblée une Mission spéciale chargée de convaincre de nouveau nos frères restés dehors à rejoindre ces assises pour sculpter le Tchad de demain avec leurs frères de l’intérieur.
Nous souhaitons un bon retour dans leur pays et au sein de leurs familles à nos frères ayant vécu la dure épreuve de l’exil forcé. Le pardon précède la réconciliation qui elle-même conditionne la réussite du nouveau départ.
Fadoul Abdoulaye-sabre

Tchadanthropus-tribune

1354 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire