Face à la dégradation de la situation politique, économique et sociale du pays, au développement de conflits intercommunautaires à l’Est du Tchad entre éleveurs et agricultures  jamais connus au Tchad (surtout entre les différents tribus , Tamas-Zagawa, Arabes-Zagawa, Tamas-Gorane etc …), au grand banditisme et à l’absence de l’Etat, garant de la sécurité des personnes et de leurs biens, les jeunes de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement -France , (UFDD) lance un appelle à tous les citoyens du Tchad à la prise de conscience et à œuvrer pour arrêter le cycle de violences entre les communautés nationales en plusieurs endroits.

Les tchadiens doivent se rendre compte que l’ethnocentrisme exaspéré et la culture sans moralité importés par le Mouvement Patriotique du Salut (MPS) depuis décembre 1990 putréfient les bases de la construction de la Nation Tchadienne. Pour perpétuer son règne et le pillage en règle des richesses nationales du pays, ce régime oligarchique, spoliateur et obscurantiste de N’Djamena et d’Amjares a détruit les fondements républicains de notre pays, aliéné nos traditions et développé les divisions et haines entre les populations pendant près de trois décennies. Le grand banditisme impuni crée un instinct d’autodéfense communautaire partout au Tchad de nos jours.

Il paraît pour l’heure urgent et impératif de constater le danger qui menace l’existence du pays en tant que Nation et Etat, de renouer avec les traditions  d’hospitalité, de générosité et de tolérance de notre Peuple, ces traditions qui avaient permis aux populations du Tchad de cohabiter en paix, de vivre dans la fraternité, la solidarité et en harmonie avant notre ère, pendant de siècles.

Notre pays est aussi un des rares pays en Afrique où les querelles politiques, avant le MPS, ne menacent ni son identité multiculturelle et laïque, ni sa forme républicaine, ni son unicité, ni son existence en tant que Nation et Etat.

Devant le péril actuel, les citoyens du Tchad doivent rompre avec le fatalisme,  le sentiment d’impuissance, l’attentisme et ce sentiment, très tchadien « Les autres sont les responsables » et s’acquitter de leurs devoirs vis-à-vis du Peuple et de la Patrie. Le droit humain reconnaît explicitement que le refus de l’injustice est un devoir indispensable du citoyen. La déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen cite à son article 35 : « Quand le gouvernement viole les droits du Peuple, l’insurrection est, pour le Peuple et pour chaque portion du Peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.» C’est aux  Tchadiens, Patriotes conscientisés, de sauver la Patrie en danger.

Citoyens de notre pays, arrêtons de penser que ces violences meurtrières intercommunautaires, encouragées par le pouvoir en place, sont un waba (malédiction divine en Arabe) et de dire « Dieu est le seul responsable ». Ne croyons pas, non plus, que de forces extérieures, « généreuses » viendront nous sortir de notre calvaire cauchemardeux de plus de 29 ans. La Communauté Internationale ne va ni révolutionner, ni humaniser pour le seul bonheur des Tchadiens. Tous les Compatriotes Tchadiens, conscients de nos obligations envers le Peuple et la Nation, notre devoir nous recommande de nous mobiliser pour mettre fin aux violences intercommunautaires, folles et meurtrières et sauver la Patrie en danger.

Le souhait de tout le Peuple du Tchad, qui veut vivre en paix et qui est connu pour son hospitalité légendaire et pacifique, et tolérant.

Vive la Jeunesse Tchadienne…

Paris, Le 01 Mars 2019. 

Le Président des Jeunes de l’UFDD-France

Mahamat Senoussi Guedi

124 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article