Nous sommes l’un des rares pays au monde où la citoyenneté est basée sur une discrimination consacrée entre deux catégories de personnes, quelle que soit leur origine et leur positionnement.

1) LES TCHADIENS À PART ENTIÈRE :

Ce sont les citoyens lambdas, cadres, soldats, paysans, ouvriers, ménagères, commerçants et jeunes qui doivent se battre chaque jour pour faire valoir leurs droits. Ils ne sont jamais totalement libres, dignes, propriétaires, rétribuables. Cependant, il paraît normal de leur faire tout subir, arracher, les malmener physiquement par plaisir sadique, les violer, les humilier. Les lois sont contre eux. Ils n’ont pas de droits mais peuvent prétendre seulement à des faveurs de la part de leurs oppresseurs, en contrepartie d’allégeance et de servilité. Blessés ou morts, incognito ! Qu’ils votent ou pas, on a déjà décidé pour eux et en leurs noms. Leur avenir ne dépend que du bon vouloir des dominateurs. Diplômés ou analphabètes, c’est le même poids.

2) LES TCHADIENS ENTIÈREMENT À PART :

Il ne s’agit pas d’un groupe ethnique mais de gens bien nés. Ils n’ont pas besoin de travailler, l’arme suffit. Les lois et règlements ne s’appliquent pas à eux. Ils bénéficient d’une impunité totale sauf quand ils se règlent les comptes entre eux-mêmes. Ils ont tous les droits, au-delà même de la conscience humaine. Tout leur appartient : les fruits du travail des autres, le sol et le sous-sol. Peu importe que les gens souffrent tant que tout baigne pour eux. Ils ont possédé l’État par la force et n’entendent pas le restaurer et le partager avec les autres tchadiens. Ils sont les fidèles alliés des puissances étrangères co-propriétaires de la destinée du Tchad. Ils ont donc une garantie illimitée pour sévir. Les autres ne valent rien à leurs yeux, au point qu’ils s’arrogent toutes les distinctions et les privilèges de la république. Ils ont chèrement acquis leur spécificité au prix du sang versé dans les luttes fratricides à main armée. Le sang versé des autres n’est pas assez rouge comme leleur. Ils ont le monopole de la bravoure, de la force et du droit de la force, au point de remettre constamment en cause la FORCE DU DROIT. Les meilleures parties et produits du pays leur revient de fait. Ce sont des SAIGNEURS invulnérables.

QUESTIONS PREJUDICIELLES :

– de quelque manière que vous lisez ce descriptif pamphlétaire, vous ne pourrez pas contester cette classification qui n’est ni tribale ni religieuse, ni politique mais simplement réelle ;

– toutes les difficultés relevées depuis longtemps sur une éventuelle sortie définitive de crise du Tchad, sont liées à la guerre perpétuelle entre les deux catégories de citoyens tchadiens décrits ICI ;

– la prévalence d’une catégorie sur l’autre signifiera TOUJOURS un processus douloureux, violent, sanglant, tellement que la saturation tend maintenant au pourrissement et à la banalisation de tout !

– or, il nous faut conserver une seule catégorie de citoyens tchadiens : soit l’une des deux existantes, soit une nouvelle citoyenneté à laquelle tous adhèrent et sont prêts à la défendre à tout PRIX.

– apparemment, beaucoup croient que le DNI pourrait résoudre ce problème de l’apartheid au Tchad mais sans vraiment s’entendre sur des visions claires et partagées, les prix à payer et les bonnes démarches à suivre.

– à quoi veut-on aboutir, en confondant vinaigre et vin ? Sans restaurer dans les faits la justice, l’égalité, la solidarité du vivre ensemble, la bonne gouvernance et l’alternance, il faut parier que les armes vont passer de mains en mains, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de mécontents vivants!

Autant de CMT, de transitions, de coups de force, d’affrontements sanglants, de drames que cette situation serait capable d’engendrer !

Nous n’exagérons pas et souhaitons seulement le MEILLEUR pour ce pays qui nous APPARTIENT TOUS !

Cependant, les mêmes causes produisent les mêmes effets dans toute l’Histoire humaine et le Tchad ne dérogera pas à cette règle, sauf si la GOUVERNANCE CHANGE FONDAMENTALEMENT !

C’est dans cette perspective seulement que NOTRE CONTRIBUTION PERSONNELLE serait UTILE, tout en RÉCLAMANT NOTRE PART DE PRIME À LA LUTTE À MAIN NON ARMÉE, en marge de Doha ! 

Énoch Djondang

2195 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire