Suite aux événements terroristes perpétrés par la secte BOKO-HARAM, nous saisissons l’occasion pour présenter nos condoléances les plus attristées aux familles éprouvée. Nos condoléances vont également à l’endroit des responsables des différentes congrégations religieuses présents ici.

Cependant, notre journée d’information a pour thème « le mariage précoce » qui concerne la communauté musulmane, le conseil des affaires islamique représente les TIDJANIYA mais nous en tant que élus du peuple nous représentons le TIDJANIYA, ANSAR-ALSOUNNA, FAYDA DJARIYA.

Permettez-nous de vous rappeler notre triste histoire parlementaire récente. En effet au cours de l’année 2014 l’Assemblée Nationale avait saboté le projet de loi portant code pastoral. Ce projet de loi a pour objectif de gérer les conflits agriculteurs-éleveurs.

La forfaiture a été perpétrée par le zèle de certains députés et le machiavélisme des autres, malheureusement jusqu’aujourd’hui, le conflit persiste entre les deux protagonistes qui sont les acteurs de l’économie tchadienne.

A peine les premières pluies tombaient, la région du Logone orientale l’une des plus peuplé du Tchad, renoue avec le député de la terre entre les habituels protagonistes qui sont les agriculteurs et les éleveurs qui sont les acteurs de l’économie tchadienne.

Cette situation porteuse d’insécurité et de trouble a la paix sociale a poussé le gouverneur de ladite région, FAITCHOU ETIENNE à descendre sur les lieux pour s’enquérir les causes et ramener la quiétude, si tous les sujets abordés à l’Assemblée Nationale sont traités avec autant de légèreté et s’il existe des sujets tabous, il y’a de quoi s’inquiéter alors la question que nous aimerions aborder touche un sujet délicat celui de l’éducation de la jeunesse.

L’éducation n’est pas seulement l’affaire de tous mais elle un tout (l’école la rue et la maison), comme vous savez l’éducation est le socle du développement des toutes les sociétés car l’avenir de toute société dépend de l’éducation de sa jeunesse. La jeunesse tchadienne aujourd’hui est gangrenée par la débauche précoce et la consommation abusive de l’alcool voire le tramole, selon la sagesse africaine « c’est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à la température normale ».

Par ailleurs, le poète turque, NAZIM HIKMET disait : « si je ne me brule pas, si tu te brules pas et si nous ne nous brulons pas, comment nos ténèbres deviendront-elles clartés » autrement dit, c’est du choc des idées que jaillit la vérité.

En effet, le projet de loi portant ratification de l’ordonnance N°006/PR/2015, portant mariage des enfants et limite l’âge du mariage à 18 ans pour les jeunes filles est salutaire dans la mesure où elle protège nos jeunes filles de fistule et de la déperdition scolaire.

LE MARIAGE PRECOCE VIRTUEL AU TCHAD

Au Tchad la notion du mariage précoce est mal comprise, la confusion s’installe entre mariage et noce. Dans ce cas de figure le mariage veut dire la réservation. Ce mariage peut commencer a l’âge de 6 ans mais la noce (consommation du mariage) dépend de l’âge de puberté de la fille (12 à 14 ans) ce mariage est fréquent dans le milieu musulman rural notamment en milieu arabe, gourane et peulh.

Dans la tradition arabe le prétendent demande a ses beaux parents que sa jeune mariée tamate ou non (elle a atteint l’âge de la noce ou non, déterminé par l’âge de puberté) et chez les gouranes par discrétion, ils se renseignent est ce que la jeune mariée a commencé le jeun du ramadan cela veut dire qu’elle a atteint l’âge de la puberté.

Ce mariage conditionné par la puberté est appliqué dans la société musulmane citadine conservatrice, l’enseignante chercheuse a l’université de N’Djamena SOURAYA TIDJANI KONDOL témoigne : « je me suis mariée a 12 ans et j’ai eu mon premier fils à 13 ans et j’ai déjà quatorze (14) enfants parmi lequel trois (03) étudiantes mariées, je me porte bien et je n’ai jamais rencontré un problème de maternité ».

Cependant, le code pénal tchadien en vigueur stipule dans son article 277 que la consommation du mariage de la jeune fille est fixée à 13 ans. Donc la répression des jeunes filles mariées à partir de 13 ans est illégale alors que ce mariage dit précoce est fréquent en milieu rural, ce dernier l’acte civil (l’acte de naissance) est quasi absent dans ce milieu. Ce qui démontre que l’application de l’ordonnance pose de problème car il manque du réalisme et relève du domaine de couper-coller.

En réalité au Tchad, le taux de grossesses indésirables chez les jeunes filles est supérieur à celui du mariage précoce, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que la tradition du mariage des jeunes filles et garçons est en décadence au Tchad.

La débauche précoce constitue une menace réelle à l’éducation de jeune fille, le mariage dit précoce en milieu urbain n’est qu’une riposte à la débauche. L’Egypte Houssamaldine Altarfawi dans son livre intitulé « violence contre les femmes » nous offre un champ d’observation réelle du mariage précoce des jeunes filles dans le monde.

Altarfawi définit le concept du mariage précoce que chaque pays limite l’âge minimum des jeunes mariés filles et garçons et le non respect sera punit par la loi en vigueur de chaque pays ainsi, il nous dresse la liste de 14 pays.

PAYS FILLES GARCONS
ESPAGNE 12 ans 14 ans
ARGENTINE 12 ans 14 ans
ETAT DE FLORIDE 12 ans 14 ans
ETAT DE COLORADO 12 ans 21 ans
SERBIE 13 ans 15 ans
MONTENEGRO 13 ans 15 ans
ITALIE 14 ans 16 ans
ETAT ALABAMA 14 ans 17 ans
GRECE 14 ans 18 ans
BELGINE 15 ans 18 ans
JAPON 15 ans 17 ans
AUTRICHE 16 ans 21 ans
DANEMARK 16 ans 20 ans
HONGRIE 16 ans 18 ans
SUEDE 18 ans 21 ans
SUISSE 18 ans 21 ans

A la lumière de la tradition islamique, le Prophète MOHAMED PBSL a marié Assayda Aicha à 9 ans et pour tous les musulmans le Prophète MOHAMED PBSL est un modèle ainsi que sa famille.

Cependant l’âge minimum du mariage en Ex Union Soviétique était de 12 ans, des chercheurs Russes ont démontré scientifiquement que les jeunes filles de la zone tempérée sont prédisposées ou mariage a partir de 12 ans et celles de la zone tropicale sont prédisposées au mariage plutôt que 12 ans.

Scientifiquement il est démontrer que une fois la fille a atteint l’âge de la puberté elle est prête pour le mariage c’est pour cette raison que le Prophète MOHAMED Paix soit sur lui, encourage le mariage des jeunes filles pubères cela est confirmer par le Cheikh AHMAT ANNOUR du conseil supérieure des affaires islamique et l’expert international confirme le contraire lors une émission radiophonique qui ce fait par Madame MAIMOUNA a intervenu.

Suite a l’ordonnance relative au mariage précoce qui fixe l’âge du mariage à 18 ans selon MAIMOUNA qui est âgée de 14 ans elle n’est pas scolarisée et elle sent « une lourdeur de corps » et il est aberrant qu’elle doit attendre 18 ans pour contracter un mariage, en réalité le taux des scolarisations des filles au Tchad est très faible.

LA DEBAUCHE PRECOCE GANGRENE LA JEUNESSE

La débauche précoce gagne du terrain en province même dans le milieu rural connu par son conservatisme. Aujourd’hui les chefs de canton et autres proxénètes offre gracieusement des mineurs aux délégations officielles et autres hôtes de marque et durant la festivité des partis politiques.

Cependant, l’exode rural en masse des jeunes filles ressortissantes de la zone méridionale est devenu un véritable fléau, elles cohabitent avec le garçon des mêmes villages.

Ces jeunes filles villageoises arrivent dans les grandes villes notamment dans la capitale N’Djamena, sans instruction ni famille d’accueille à la recherche des débouchés ménagères et servantes des bars et autres lieux malfamés et les mineures appelées « TALANI » qui circulent en masse dans certains marchés et quartiers de la ville de N’Djamena.

Ces jeunes filles sont exposées à la débauche précoce et deviennent a leurs tous des vecteurs du SIDA, d’ailleurs il existe déjà à N’Djamena un marché nocturne de débauche précoce à l’avenue Mobutu et dont la tarification est unique à 2000F.

Ce marché est délocalisé par les proxénètes grâce à la comptabilité de la police à Chagoua communément appelé marché Mokolo (espace sous tamarinier). Parce que le nouveau marché est mieux indiqué par son obscurité.

De toute façon la débauche précoce constitue un terrain pour la propagation du SIDA que nous targuons combattre, entre temps le phénomène de la débauche précoce prend de l’ampleur dans le milieu scolaire et le soit disant mariage précoce dans le milieu musulman n’est qu’une riposte légitime à la débauche précoce.

LA DEBAUCHE PRECOCE EN MILIEU SCOLAIRE

Nous avons présenté aux états généraux de l’éducation en Octobre 2014 au nom de l’Union des jeunes musulmans tchadiens (UJMUT) : le thème était « l’impact de l’école Laïque Mixte sur l’éducation de nos enfants musulmans ».

A l’époque nous avons constaté une ambiance dégradante règne dans les établissements secondaires de la capitale, autre temps autre mœurs 20 ans après, précisément dans le écoles laïques mixtes en langue française de la capitale, le journal ABBA GARDE N°100 du 10 au 20 Avril 2015, nous révèle le phénomène de la prostitution en milieu scolaire et en vogue signé par le journaliste DJIMDINGUE ARNAUD nous révèle que : « le sexe qui jadis, est un sujet tabou est devenu aujourd’hui des petits pains que les jeunes se partagent et consomment sans modération. Si rien n’est fait dans un futur proche, ce phénomène prendra le dessus sur les études dans le milieu scolaire ».

Il poursuit que « le milieu éducatif est gangrené par un phénomène presqu’une mode, la prostitution en se référant aux statistiques des années passées, ce phénomène fait froid au dops, que faire face a cette situation qui risque de porter un coup dur à l’éducation qui est déjà infectée par le virus de baisse de niveau ».

Vendredi 03 Avril 2015, il est 9h38mn dans un restaurant bar auberge au quartier moursal sur l’avenue kondol juste à l’entrée, trois (03) filles élèves habillées en tenue du lycée technique commercial font la ronde d’une table en compagnie de trois (03) messieurs.

La table est garnie des bières et donne l’image d’un festin 15mn passées une autre fille habillée en tenue du lycée Félix Eboué sort de l’auberge et regagne la table, subitement ses camarades éclatent de rire en fustigeant en arabe locale « mala ma khaleti tenue da tite » de qui signifie « pourquoi est tu partie avec la tenue » ?

11h2mn a « top secret » un eldorado nouvellement ouvert sur la même avenue, dans ce coin chaud, il n’ya aucune distinction entre cantine scolaire, restaurant scolaire et débit de boisson, les élèves habillés tenue du lycée Sacré-Cœur, Collège Evangélique, Gabriel Lisette discutent de tous sauf de rien.

A les entendre la plupart sont des redoublants voire des triplant du baccalauréat qu’ils n’ont rien à apprendre de leurs enseignements qui n’innovent pas les cours.

Interrogé ADOCK VARE GOUDJA surveillant du lycée Hérédité déplore ce phénomène qui prend de l’ampleur, il indique les responsables des établissements qui sont entourés des alimentations et autres débits doivent être vigilants.

Pour Madame DILLAH née YONEISSAM LAOHONBE proviseur du lycée d’Habbena, le phénomène a gagné tous les établissements et il est difficile de maitriser ces jeunes au regard du nombre pléthorique d’élèves.

Du coté des tenanciers, les avis sont partagés, pour les uns il n’ya pas de raison de renvoyer un client : « nous sommes des commerçants nous payons des taxes et autres donc nous acceptons tous les clients pour accroitre nos chiffres d’affaires, voila pourquoi vous voyez des élèves » lance un tenancier même élément de réponse d’un gérant d’une auberge à Chagoua dans le 7ème arrondissement.

Avis contraire de la gérante de l’auberge Lac-Wey annexe d’Amtoukouin qui fait face au lycée collège la Synergie pour elle aucun élève n’est autorisé quelque soit le montant de sa bourse.

Dans certains établissements scolaires publics et privés sillonnés le phénomène alimente le débat. Pourtant les statistiques démontrent que les majorités des grossesses précoces sont sources de la lâcheté parentale, ce phénomène risque d’être au frein à la politique de promotion de l’éducation.

L’engagement ferme et résolu du gouvernement dans la lutte contre le fléau des grossesses en milieu scolaire à travers la redynamisation de l’éducation à la vie familiale en matière de population vise non seulement à encourager l’éducation mais aussi préserver la bonne culture nationale.

Malheureusement, le clientélisme a tout foutu le secteur éducatif, déclare un technicien du ministère de l’éducation nationale qui a requis l’anonymat, il ajoute que cette déperdition est a mettre à l’actif du MPS car, lorsque la politique ne marche pas avec des activités, beaucoup des personnes se découragent très vite et l’essentielle est classé en dernière position. Il incombe donc aux parents de prendre leur responsabilité.

LES NOTES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Alors dans les écoles il existe des notes sexuellement transmissibles connu sous différentes appellations. NST (note sexuellement transmissible, droit de cuissage unité de valeur hors programme et consort).

Ce commerce sexuel est un retrouvable fléau qui gangrène ce secteur éducatif par la pléthore des enseignants obsédés qui écument les établissements, il est aussi appelé coopération donnant donnant, c’est-à-dire compensation pour l’étudiante ou l’élève, ce phénomène est une tradition universitaire.

Mais il y’a quelques années déjà un directeur de l’école normale de la capitale a été surpris en flagrant délit par son épouse alertée par la secrétaire du Directeur obsédé, le comble du malheur, les écoles primaires ne sont pas épargnées.

Un maitre du primaire a l’école « Ching » de Moursal dans le 6ème arrondissement a été emprisonné par un artiste musicien, il ya quelques années, ce dernier est pris en flagrant délit dans son bureau avec la fille de cet artiste âgée de 14 ans élèves en classe cours moyen première années (CM1).

Par conséquent ces écoles sont parfois juxtaposées aux bars et auberges et les élèves se recréent chez ces derniers portant la tenue scolaire fait troublant du lycée Hérédité l’alcool est vendu par les femmes qui ouvrent des restaurants.

En somme, un pédagogue disait : « comme l’école s’ouvre dans la rue et la maison s’ouvre dans la rue éduquons la rue ».

Les adversaires de l’éducation des jeunes filles sont, la débauche précoce l’école laïque mixte avec ses enseignants obsédés et ses élèves dévergondés. En tout temps dans le milieu musulman l’école laïque mixte est la cause principale de la déperdition scolaire, la preuve en est que le taux de scolarisation des filles est élevé que celui des garçons dans les écoles arabophones séparées.

Cependant les auberges qui servent de base arrière de la débauche précoce, deux auberges dans un quartier périphérique (à Toukra), il s’agit de « sawi adjala » fait vite en arabe et damlar qui veut dire testicule en dialecte Sara, ces derniers narguent le ministère en charge de l’éducation et les cocus.

LE CODE DE FAMILLE CANCERIGENE

Le Président NGARTA TOMBALBAYE pour lui l’éducation des jeunes filles est l’une de ses priorités, c’est pourquoi plusieurs écoles des filles ont été créées au Tchad a son temps, en 1972 à Fort Lamy un lycée féminin a été crée selon le Président NGARTA même les délégations officielles n’ont pas le droit d’entretenir les relations avec des jeunes filles tchadiennes.

Ils représentent « Kyndja ramba » (les poulets des hôtes) celles qui exercent le monde, la dépravation des mœurs a pris une allure inquiétante dans la société tchadienne après la guerre de 1979. Par ce que la guerre a disloqué les familles tchadiennes et a orchestré le déplacement massif avec le phénomène de refuge.

C’est le couper coller de la culture zaïroise dont maitre MOMENE MEZOMBE, le zaïrois a élu domicile à N’Djamena comme directeur d’animation, a l’ère démocratique avec ses libertés non cadastrées le projet de code de famille au lieu de répondre aux us et coutumes tchadiens pour juguler les maux qui minent notre société.

Les initiateurs de ce projet ont été obnubilés par les conventions internationales sous prétexte de répondre aux normes internationales qui veut dire seulement « la mode internationale ». Or le Tchad est un Etat souverain comme tous les autres Etats du monde.

Toutes les congrégations tchadiennes ont émis des réserves par rapport au projet de code de famille, l’union des cadres musulmans tchadiens UCMT a lancé un code de famille musulman parallèle en 2000.

Par conséquent le projet de code se trouve en souffrance depuis 15 ans dans le tiroir du gouvernement a tel point qu’il est devenu cancérigène et aujourd’hui la société tchadienne commence à souffrir de sa métastase, la politique issue de ce code de famille est ségrégationniste.

Sous prétexte de la promotion de la femme, cinq festivités sont organisées au cours de l’année, Miss Tchad, Miss cinquantenaire, Miss CEMAC, Top model et la SENAFET. Ces festivités coutent des milliards au grand Dame des vilaines.

Il existe a N’Djamena des mères de familles leur étalage au marché ne dépasse pas 10.000F et d’autres concassent des pierres pour survivre. La scolarisation des jeunes filles villageoises de la zone méridionale est mise en veilleuse. Pourtant le moyen existe.

L’exploitation de pétrole de la zone méridionale donne priorité à la scolarisation des jeunes filles, le pétrole a généré 250 milliards de CFA en 10 ans d’exploitation pétrolière pour le développement de la région et mise à la disposition de la société civile.

La gabegie est ostentatoire plus d’un milliard de CFA a été mis a la disposition des chefs de canton pour leur acheter une cinquantaine des voitures Hilux Pick-up a raison de 22 millions chacun pour que les chefs de canton vont pavaner.

Entretemps les jeunes issues de la zone méridionale sont livrées à l’ignorance et à la débauche précoce. Pourtant ses jeunes filles ressortissantes n’on pas refusé l’école ainsi que leur parents.

MARIAGE PRECOCE ET SANTE

En effet, il n’existe aucune relation entre mariage précoce et la fistule, aucune étude scientifique sérieuse en matière du mariage précoce n’a été menée au Tchad. Mais il a été constaté dans le milieu sanitaire tchadien que des nombreuses femmes souffrent de la fistule après leur 4ème et  5ème maternité.

Dans la fistule est un problème de santé publique et la cause principale est les difficultés que les femmes rencontrent au cours de leur maternité, cependant, le taux de grossesse pour des jeunes filles qui se présentent aux maternités dues aux grossesses indésirables.

En matière de la santé maternelle, le programme national a échoué de résoudre le problème des femmes qui souffrent d’anémie.

La césarienne que ne tue pas les femmes dans le monde continue de tuer les femmes tchadiennes notamment a l’hôpital de la Mère et de l’Enfant a cause de la médiocrité de nos obstétriciens gynécologues tchadiens a tel point que l’hôpital de la Mère et de l’Enfant est dénommé l’hôpital de la mère ou de l’enfant.

STRATEGIE DU TARISSEMENT DES SOURCES DE LA

DEBAUCHE PRECOCE

  1. Instaurer l’école séparée au niveau secondaire
  2. Enseigner l’éducation religieuse c’est-à-dire mettre en application l’article 13 de la loi N°16/PR/2006 car une bonne dose de spiritualité fait vomir le tramole et l’alcool que certains élèves se donnent.
  3. Encourager l’instauration des écoles arabophone au Tchad, le cartographique scolaire doit se faire selon le besoin des parents d’élèves comme la langue arabe est une langue officielle se qui permet une scolarisation des filles massives dans la zone septentrionale.
  4. Les enseignant obsédés qui écument nos établissements scolaires doivent être récentes pour être affecter dans les zones reculés par le ministère ; ainsi que les quelques enseignants obsédés arabophones débusqués car, ils constituent une menace potentielle. Et une loi qui sera prise pour renvoyer de la fonction publique tout enseignant pris en flagrant délit.
  5. Le commerce de sexe est une tradition universitaire au Tchad de tout temps mais, actuellement deux professeurs tartufes exploitent au nom des cohabitations religieuses chrétiennes et musulmanes et l’air du temps pour créer une organisation syncrétique pour aboutir a leur objectif qui est la dépravation de la jeunesse
  6. Créer une zone de tolérance ou tous les bars, auberges et boites de nuit seront casés afin que la brigade des mœurs contrôle bien la fréquentation des mineurs nous proposons Toukra

En somme, le mariage précoce et l’excision jouissent de présomption d’innocence, car ils préoccupent tous les tchadiens et particulièrement nous députés, car nous sommes appelés a veiller sur la santé de la femme tchadienne. Le code pénal est un arsenal juridique nous souhaitons que le future code pénal soit un code pragmatique et sur mesure et non un prêt a porter.

Assemblée Nationale (journée d’information sur le mariage précoce)

Député socialiste OUSMAN CHERIF KHAMDJAN – PLD

Tel : 66 38 08 36 / 99 92 03 03

Email : députécherifkhamdjan@gmail.com

715 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article