Les témoignages d’un notable de la cour tout commence il y a quelques années, quand le chef de village de Kamkalaga procédait à solutionner un litige entre les villageois de cette localité. Après les témoins des deux plaignants des différents camps, le chef de village a tranché et donne raison au camp opposé alors que l’adversaire se disait lésé de ses droits, porte l’affaire auprès de la cour du chef de canton Alifa Sokoto à Moussoro. Au courant du début jusqu’à l’arrivée à ce stade, le chef de canton procédait à un interrogatoire des deux camps.

Dans les explications des plaignants qui ont porté l’affaire jusqu’à Moussoro, le chef de canton constate qu’il y a eu un manque de neutralité dans les verdicts donnés par le chef de village, ayant le pouvoir, le chef Sokoto annule la décision du chef de village et donne raison aux camps. Depuis lors, la communication ne passait pas, le chef de village Kamkalaga prend des mesures unilatérales sans consulter ni informer le chef de Canton, fort de ce constat le chef de canton Sokoto destitue le chef de village en usant des pouvoirs qui lui sont conférés. Tout se passait bien, au sein des habitants de Kamkalaga, dont plusieurs groupes opposés à leur chef de village étaient venus demander des excuses au chef de Canton Sokoto, excuses auxquelles il a accepté. Il a fallu hier, un convoi composé du Préfet du département du Barh El-gazelle sud, des autorités administratives et coutumières dont le chef de Canton Sokoto faisait partie, a été attaqué.

Selon les explications du notable qui a assisté à la scène des violences, ils se sont organisés bien avant l’arrivée de la délégation. Munis des couteaux, coupe-coupe et autres armes blanches, les habitants de Kamkalaga (Partie opposée au Chef de canton Sokoto) avaient préparé un plan d’assassinat du chef. La route venant de Moussoro, traverse Kamkalaga pour lier Tori, un village à quelques kilomètres où une cérémonie d’inauguration d’un forage d’eau devrait avoir lieu. Le notable dit avoir vu une scène d’extrême violence « Nous étions dans le convoi, arrivés à l’entrée de Kamkalaga, un groupe des habitants nous a attaqués, en brisant les vitres de la voiture le chauffeur a ralenti et s’est arrêté. Entre le groupe prend de la force et jetait tout objet pour avoir la peau du chef, nous étions blessés, mais pas grave ». Les militaires attendaient l’ordre pour tirer, mais n’ont pas reçu immédiatement, quant au chef de canton, il disait d’arrêter la voiture pour qu’il descende, il disait à ceux qui l’entoure, ne faut pas qu’il ait des morts à cause de moi.

En ce moment que les militaires ont commencé à tirer pour disperser la foule à fin que le chef de canton soit sauvé et déplacé sur une autre voiture. Selon ce notable, quelques blessés par balle au niveau des pieds du côté des habitants, la voiture du Chef de canton a été complètement détruite et même non récupérable. La deuxième partie de cet article vous parviendra très bientôt.

Affono Mht Seid

885 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article