Vouloir organiser un dialogue national sincère et impartial, c’est avant tout recenser toutes les personnes ayant détourné ne serait-ce qu’un seul franc de l’État et les mettre à la disposition de la Justice pour qu’ils répondent de leurs actes.

Vouloir tenir un dialogue national sans ambiguïté c’est aussi obliger les voleurs en costard à restituer tous les biens matériels (maisons, terrains, voitures, entreprises, etc.) acquis illégalement grâce aux ressources de l’État.

Vouloir mettre en place un dialogue national c’est aussi recenser toutes les personnes ayant subi des atteintes à leur intégrité physique ou morale (tortures, menaces, assassinats et arrestations arbitraires, intimidations, etc.) sous le régime du défunt président Deby, les dédommager et remettre tous les bourreaux à la disposition des autorités judiciaires pour que le Droit soit dit.

Vouloir instaurer un dialogue national, c’est aussi en finir avec le clientélisme, le communautarisme et l’iniquité dans les nominations officielles.

Ipso facto, les conditions nécessaires et indispensables à la tenue d’un réel et juste Dialogue national inclusif sont innombrables, le Tchad souffre d’un cancer endémique qui ne saurait être soigné commodément par quelques individus réunis dans une salle monnayant une rétribution pécuniaire.

Nous sommes désolés de le dire, mais ceux qui seront chargés d’organiser ce fameux dialogue sont pour la plupart parmi les plus grands fossoyeurs de l’État tchadien, ces gens ne se soucient guère de l’intérêt du Peuple tchadien, ils ne pensent qu’à leurs ventres grassouillets.

Correspondance particulière…

Tchadanthropus-tribune

1032 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire