Depuis un certain temps, le microcosme familial Deby est très préoccupé par la recherche d’un successeur potentiel au sultan-président. Ledit microcosme est réduit cette fois-ci à sa dimension la plus congrue : uniquement la famille maternelle d’Idriss Deby.

Ainsi ni les Itno au sens large, ni les Deby, ni les Beris en général, moins encore les Tchadiens, ne sont concernés et sont donc exclus des réunions clandestines qui se succèdent. Selon les très rares fuites de ces réunions, il ne s’agit pas d’une succession en bonne et due forme immédiate, mais une sorte d’intérim à temps illimité, qui déboucherait plus tard sur une succession.

Abbas Mahamat Tolli serait pour le moment le choix de la famille.

Les observateurs ont remarqué depuis quelque temps la proximité du neveu à son oncle ; beaucoup des va-et-vient entre Yaoundé et Ndjamena, des longs tête-à-tête, etc. D’ailleurs sur plusieurs décisions de son oncle, on voit sa main et on n’hésite pas dire qu’il dirige déjà le pays depuis Yaoundé. Selon certaines rumeurs, le neveu aurait filtré certaines indiscrétions à l’adresse des responsables des institutions internationales, comme quoi, il est prédisposé à assurer la succession à son oncle au cas où. Après avoir occupé les plus hautes fonctions à l’intérieur du pays comme à l’extérieur, amassé une fortune colossale et un carnet d’adresses volumineux, c’est tout naturellement qu’il lorgne vers le piédestal et c’est à raison : la façon dont son oncle gère le pays, même lui, un petit fonctionnaire d’à peine bac+3, devenu très grand parce qu’il est le neveu de l’autre, peut bien prétendre à ce poste ; pour cela, il a deux axes d’action : en connivence avec le PM et profitant des oreilles attentives de son oncle, Abbas continue son œuvre favorite de toujours, sacquer et saboter toute promotion des cadres Beris au sein de l’administration, il parait qu’il est très connu dans ce domaine, sa méchanceté et sa jalousie seraient sans commune mesure : « celui-là est proche des Erdimi, celui-ci a eu pour tuteur les Erdimi, celui çi entretien des contacts avec les Erdimi, un nième visite les familles des Erdimi, etc. » – c’est la musique qu’il fait tourner à fond auprès des ministres et PM, selon ses nombreuses victimes.
Le second axe se situe au niveau de la brusque attention qu’il commence à accorder aux membres de sa famille – Borogate, alors qu’il réduisait celle-ci, il n’y a pas encore longtemps, uniquement à la famille Tolli. Il ferait les yeux doux aux généraux retraités, aux notables et des réunions avec les jeunes, en distribuant des liasses des CFA.
Le processus de l’intérimaire qui déboucherait sur une succession de fait, serait organisé comme suit : le neveu serait nommé SGP avec pleins pouvoirs, l’oncle se retirerait dans son bled d’Amdjaress pour au moins une année, le temps de permettre au neveu de prendre en main l’administration militaire et civile ; entre temps le poste de vice-président serait créé et quand l’oncle serait fatigué, il laisserait le fauteuil au neveu.
Il est permis de se demander quel serait le sort de la 1ère Dame, véritable vice-présidente actuellement, dans ce schéma, et quelle serait l’attitude de celle-ci par rapport à la promotion du neveu du président, alors que jusqu’ici, pour le commun des mortels le poste du vice-président serait destiné à la 1ère Dame, d’autant plus que les relations entre le neveu et la 1ère n’ont jamais été cordiales, loin de là. IDI pourrait-il réconcilier les deux, pourrait-il passer outre la volonté de la 1ère Dame pour imposer le neveu, soutenu en bloc par la famille maternelle de Deby ? Autant des questions que les spectateurs qui sont la grande masse tchadienne, se posent et suivent de très près.

Mahamat Sougour (N’Djamena)

2249 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article