C’est sous forme d’une opinion personnelle titrée : « Télé-Tchad : un instrument de lavage de cerveau pour assujettir le peuple ? » que le Directeur de Publication du journal Éclairages  Deli Sainzoumi Nestor eut décidé d’exprimer à la fois son étonnement et surtout son cri d’alarme, blâmant ou fustigeant ainsi violemment  ce qu’il nomme de ses propos mots : « un cours de préséance d’ordre protocolaire destiné aux nouveaux ministres du 14 juillet 2020 » qui passe selon le programme de la Télévision Nationale de 09h à 11 h » .Et d’après l’auteur de cette réflexion publiée depuis hier mardi 04 août sur son espace Facebook : « le même cours est rediffusé ».

Là où le cri d’alarme du Directeur de Publication du journal Éclairages contre cette dérive politique ou cette déviation volontaire, progressive et incontrôlée, prônée ou recommandée par le président Idriss Deby Itno a son sens d’être,parce que des telles nauséabondes pratiques sans intérêt général pourraient au fil du temps constituées une entrave grave et profonde à l’embryonnaire démocratie à la tchadienne, déjà flagellée par d’énormes bourdes politiques de rang social inférieur. Et en bon orateur et en sa qualité de journaliste engagé, notre confrère Deli Sainzoumi Nestor ne limita pas assez rapidement sa colère. Aussi,en bon citoyen et défenseur des Sans-voix, il eut posé deux questions très directes, au fond courageusement pertinent, indexant ainsi ses présumés coupables : « Pour qui? Pensez-vous que tout le monde souhaite entrer dans ce gouvernement ? »

N’a-t-il pas raison ? D’autant plus qu’il a introduit sa crainte ou sa préoccupation dans une démonstration digne d’un visionnaire moderne, agissant avec prudence et réflexion et surtout soucieux de ce peuple tchadien pris en tenailles d’une part par une foultitude de troubadours  au solde de la République, se rivalisant d’ardeur et des théories archaïques, fades et sans avenir.

D’autre part, par une presse publique entièrement au plaisir d’un régime impitoyable, grossier et importun, architecte des projets politiques rudimentaires, ne répondant à rien aux attentes de sa population. C’est dans ce sens d’ailleurs que notre confrère Deli Sainzoumi Nestor eut décidé de terminer haut et fort son observation dans un langage cru, cohérent et très offensif: « Pire encore, à 08h, on nous diffusait une émission débat en lien avec la gouvernance, mais orienté vers le programme politique du Maréchal du Tchad. Où est la place du paysan, de l’éleveur, du fonctionnaire de l’Etat, de la jeunesse (élèves et étudiants), des chômeurs en quête d’emploi, des élites et autres intellectuels dans cette chaîne ? Pourquoi poussez-vous les Tchadiens à zapper toute la journée? De grâce, libérez-nous de ces des programmes monocoordinés et sans intérêt général. La démocratie des ondes, c’est d’abord la volonté générale. On ne fait pas le programme d’un média à capitaux publics pour le plaisir d’un régime. Les grands téléspectateurs ne sont pas à la Présidence, non plus au QG du MPS. Si ce cours de L’Ambassadeur Allamaye est destiné aux ministres, c’est une honte pour la République. La citoyenneté et le savoir-être, ça s’enseigne au collège. Produisez aussi un cours pour nous apprendre à marcher ou passer aux abords de la Présidence du Tchad, apprenez-nous l’attitude à adopter lors du passage du Président de l’Assemblée nationale. A bon entendeur ! »

La Rédaction

REGARDS D’AFRICAINS DE FRANCE

Informer sans travestir ni déformer, c’est notre combat !

1171 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article