Hier, 31 décembre à minuit, Comme à l’accoutumée nous venons de tourner la page à l’année 2017, sans pour autant chercher à faire le bilan national de ces douze mois passés, c’est qui fait que nous commençons une nouvelle année créditée, la plus part de temps avec nos problèmes des années passées.

Aujourd’hui, les foyers de tensions régionales dans notre pays doivent nous interpeller. Si non comment expliquez vous que chaque année là ou il y a une quelconque richesse, l’État envoie son”armée” pour passer à tabac les paisibles populations de la région concernée ?

Hier, c’était Doba, Moussoro, Lac, Léré, le Batha, le Guéra, le Ouaddaï, le Borkou, et j’en passe, et en ce moment précis le Tibesti sacrifie sa jeunesse pour énième fois pour défendre sa terre natale face à des “pirates de Caraîbes” d’une quelconque armée clanique qui ne dit pas son nom. Et comme si par peur où par simple ignorance, le Tchadien lambda se tait d’autant plus que cette tragédie ne concerne ni de près ni de loin sa région, d’où à la fin ces “pirates de caraïbes” au nom de l’État Tchadien vont continuer à gérer toutes nos régions comme leurs “sociétés privées”. 
Aujourd’hui les Tchadiennes et les tchadiens savent très bien que ces Orpailleurs qui exploitent l’or dans la région du Tibesti sont lourdement armées et ont la gâchette facile pour intimider les autochtones.

Toutes ces informations partagées à travers les réseaux sociaux, émanent directement du terrain, et comme à leurs éducations reçues, et totalement contraires à la déontologie du journalisme, aucune presse nationale ne fait écho (Télé Tchad, RNT, Les FM privés, ainsi que les journaux de la place) sur ces affrontements dans le Tibesti.

Face à cette situation, et avec le premier jour de cette nouvelle année 2018, qu’il est temps que nous prenons conscience et dire que une région du Tchad est avant tout la région de toutes les Tchadiennes et tous les tchadiens, autrement nous donnons un”chèque” à blanc à ces pirates afin de piller nos ressources (minières, agro pastorales etc.. ) de nos régions sans que la nation toute entière en profite.

Nous, fils du Tchad avons toujours dit non à la fédération, au régionalisme, au tribalisme sous toutes ses formes pour ce pays que nous aimons tant, et croiser les bras devant la détresse d’une ou de plusieurs de nos régions, c’est aussi quelque part programmé la mort lente du Tchad et nous ses fils avec.

Avec la nouvelle année, que chacun de nous condamne ces “colonisations d’abus de pouvoir” sur nos régions qui étaient et qui les sont présentement victimes de ces lâchetés, et cela avec la dernière énergie, en l’exprimant avec vos propres mots.

Changeons, mais changeons ensemble à l’égard de toutes les régions du Tchad.

ADOUM BELGOTO.

925 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article