Bonjour je suis Erdinç, Turc de France.

Mon message.

Dans le conflit du Haut-Karabagh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, le gouvernement français a pris fait et cause pour l’Arménie. Pourtant les indépendantistes Arméniens occupent sur le territoire d’Azerbaïdjan un territoire peuplé d’Arméniens mais aussi un immense territoire habité par le peuple Azéri avant que ces civils soient déportés de chez eux.

Les partis politiques Azéris ont écrit un texte pour dénoncer la position française sur ce conflit. Ils ont rappelé les crimes de la France ailleurs dans le monde, notamment au Tchad. Le Tchad a été victime des crimes français pendant la colonisation, mais aussi depuis l’indépendance du pays. Tout le monde, les Ouaddaiens, les Hadjaraï, les Goranes, les Peuls, les Saras, les Zaghawa, les Tamas, les Kanembous, les Moundangs, les Baguirmiens, les Arabes… Tous les Tchadiens du Tibesti à Moundou ont été victimes de la France. Encore récemment la France a été criminelle en Libye, au Mali et en Centrafrique. Encore plus récemment la France a développé un racisme islamophobe et un au racisme turcophobe.

Le message des partis politiques Azéris :

https://azertag.az/fr/xeber/france-1606951?__cf_chl_jschl_tk__=630a2959e948afd6ff720710b26d6222de5135ce-1602086643-0-AX714Nxn8BVu8Ql-uNzer14OrNVXUe4Rm9GWYQizMdovv5Kh3n26xSMfCBlrfkJNee4Ac64qFhQdorTp_ew8mnINAgyL2PkAy85V0dIAsZSLFv_UWvoTf-P-I79Q9kDxC77oWO8q5JhSgrv7MADGpsvY0A6ncvL9FfBURaueQHNfphTG2TT84KBbeoVJJ84t4_rlB5AjFJThRw6XtvigkPei_BetwbJYRGVmSA7Yx-SFO7zVnl5pPQf7Vi5UxA2bKi8uX514o9XXzALdwibsUvnTCkKk2boyCSVlsFKWEWHN

Bakou, 7 octobre, AZƏRTAC

Les partis politiques opérant en Azerbaïdjan ont publié une déclaration sur la position de la France concernant le conflit du Haut-Karabagh.

L’AZERTAC présente le texte de la déclaration :
Le président français Emmanuel Macron a abordé, le 30 septembre à Riga, le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan et les affrontements sur la ligne de front et a fait des déclarations qui ne reflètent pas la vérité. Plus tard, en tant que président d’un pays comme la France, il a calomnié notre pays en s’appuyant sur de fausses informations et de rumeurs, sans aucune preuve. Ces déclarations ont provoqué de vives protestations chez la société azerbaïdjanaise et nous sommes convaincus que la France, en tant que coprésidente du groupe de Minsk de l’OSCE, ne peut pas maintenir sa neutralité.
En 1993, la France elle-même a voté en faveur des quatre résolutions connues du Conseil de sécurité des Nations Unies exigeant le retrait des troupes arméniennes des territoires occupés de l’Azerbaïdjan. Et maintenant, la France ne fait pas de distinction entre l’Arméni, pays agresseur, et l’Azerbaïdjan, pays ayant subi l’occupation, et défend avec partialité l’Arménie occupante.

La France soutient l’Arménie occupante, n’est pas objective, se tient aux côtés de l’agresseur et n’accomplit pas sa mission de médiation. Donc, le retrait de la France de la coprésidence du groupe de Minsk devrait faire l’objet de discussions.

Nous sommes convaincus que le médiateur doit être impartial et juste. L’Azerbaïdjan mène une guerre patriotique contre l’envahisseur. Dans tous les cas, notre pays s’appuie sur le droit international pour libérer ses terres occupées par l’Arménie.

La France est un pays qui a commis des génocides en Algérie, au Vietnam, à Djibouti, au Tchad, au Gabon et en Tunisie.

Nous sommes convaincus que les valeurs internationales ne peuvent être traitées différemment. M. Macron ferait mieux d’adopter la même position à l’égard de la question du Haut-Karabagh qu’à l’encontre du droit à l’autodétermination du peuple corse, au lieu de donner des conseils à l’Azerbaïdjan concernant le Haut-Karabagh.

Emmanuel Macron aurait dû faire des déclarations lorsque l’Arménie a menacé l’Azerbaïdjan d’une « nouvelle guerre pour de nouvelles terres », au XXIe siècle a poursuivi une politique de colonie de peuplement illégale dans les territoires azerbaïdjanais occupés en violation du droit international humanitaire, et l’a démontré sur Internet. Mais il ne l’a pas fait. Cependant, ces questions devraient préoccuper directement la France, en tant que pays coprésident. Cela prouve clairement la partialité de la France.

Au lieu d’être partial envers l’Azerbaïdjan, le président français devrait revenir à son histoire et se rappeler de la politique coloniale de son pays. L’Azerbaïdjan lutte contre l’agresseur sur son territoire.

La cause de l’Azerbaïdjan est juste. Notre position repose à la fois sur le droit international et la justice historique. Le Karabakh, c’est l’Azerbaïdjan !

Toutes les forces politiques en Azerbaïdjan sont aux côtés du Commandant suprême des armées azerbaïdjanaises, Ilham Aliyev, dans le conflit du Karabagh. Nous, les partis politiques opérant en Azerbaïdjan, soutenons toutes les conditions posées par le président Ilham Aliyev pour mettre fin au conflit. Pour régler le conflit, l’armée arménienne doit se retirer de toutes les terres occupées de l’Azerbaïdjan et l’intégrité territoriale de notre pays doit être pleinement rétablie. C’est un droit historique du peuple azerbaïdjanais et l’exigence des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. Ce n’est qu’alors qu’une paix durable pourra être établie dans la région.

En tant que partis politiques, nous déclarons que le président français a porté un coup dur aux relations azerbaïdjano-françaises avec ses déclarations. Nous ne voyons plus la France, qui soutient ouvertement l’agresseur, comme coprésidente du Groupe de Minsk de l’OSCE.

Adil Beto

 <adil.beto82@gmail.com>

194 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article