<<Coup de gueule de Martin Inoua Doulguet>>

 

Buzz mis à part, la sortie médiatique de Takilal Ndolassem, membre du parlement provisoire tchadien sur les antennes de la radio « Le Réseau des Citoyens » doit donner à réfléchir.

Sieur Takilal, brandissant une arme de guerre, déclare sur les antennes de ladite radio que le Tchad est prêt à envahir militairement le Cameroun qui cherche à « voler notre pétrole ». Cette sortie tapageuse vient à la suite de l’affaire dite de Savannah Energy qui a amené le Tchad à rappeler son ambassadeur du Cameroun pour consultation.

La frénésie avec laquelle le Conseiller national s’est exprimé doit interpeler au plus haut niveau. Au cas contraire, l’on donnerait à penser que l’ex « rappeur », parachuté politico-militaire puis « député » s’est fendu en déclaration de guerre avec la bénédiction de la présidence de la République. Pourtant, non!!!

La diplomatie n’est pas synonyme de la tragicomédie moins encore des balbutiements d’un politcien de circonstance.

Les autorités tchadiennes doivent prendre cette affaire très au sérieux pour éviter, qu’à l’avenir, nous ne puissions continuer à être la risée du reste de la planète.

Si cette sortie du député #Takilal est mal venue, il est aussi curieux, au lendemain de ce malencontreux verbiage, que l’on découvre, avec stupéfaction, une correspondance du cabinet civil du Chef de l’Etat qui lui est adressée, correspondance marquant l’accord du président de la République pour assister à son mariage. A–t-on voulu piéger le président de transition ? Si oui, dans quel intérêt ? Et pour qui roule Takilal ? Ces questions méritent des réponses.

Oui, il faut savoir faire la part des choses. Une crise diplomatique avec le #Cameroun n’est pas dans notre intérêt. Si Takilal est encouragé dans cette bévue par des mains invisibles, le Président de transition doit siffler la fin de la recréation. À l’heure où les autorités tchadiennes se battent pour conduire le Tchad en cette période exceptionnelle, il sera hasardeux de laisser braire certaines personnes, juste pour non seulement amuser la galerie mais surtout provoquer un incident diplomatique majeur avec un pays voisin.

Takilal, pour qui j’ai de l’estime, doit comprendre qu’il faut parfois ne pas faire le mélange des genres. Vivement la fin de la recréation.

 

Martin Inoua Doulguet

2475 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire