“Pour moi, il faut absolument que les Tchadiens se retrouvent entre eux et cherchent des solutions à la crise multidimensionnelle que le pays connait. Cette crise-là, c’est une crise financière, économique, politique, sociale et multiforme. Nous au FONAC, nous avons dit que la meilleure des façons de résoudre ce problème est d’organiser un dialogue inclusif. Aujourd’hui, il y’a des Tchadiens qui vivent dans la misère absolue. Le pouvoir ne veut pas entendre parler de dialogue inclusif. Quand on dit le dialogue inclusif, nous n’avons pas proposé ni donné de schéma. Nous avons lancé le principe du dialogue inclusif, si le pouvoir est d’accord on peut s’asseoir pour discuter du format, du contenu et de tout.”

Tchadanthropus-tribune

1201 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article