Nous venons de vivre dans la nuit du samedi au dimanche, et en direct, la barbarie érigée en système de gestion quotidienne du régime tchadien, et ce, en plein jour au vu et au su de tout le monde.

En effet, tôt à 4h, la police anti-émeute appuyée par des blindés de la Garde présidentielle, dirigée par le propre fils de Deby, a défoncé les portes du domicile de l’ex-ministre Yahya DILLO DJEROU, et a ouvert le feu sur tout ce qui bouge dans la cour, causant ainsi 3 décès de civils dont la vieille maman de Yahya, âgée de plus de 75 ans.

C’est un acte d’une gravité sans précédent dans l’histoire mouvementée du Tchad. Le seul tort de Mr Yahya est d’avoir osé postuler pour les élections présidentielles d’avril prochain. De ce fait, il est indéniablement établi que Deby coopte personnellement les éventuels candidats aux différentes élections. C’est un déni de démocratie. Contrairement aux allégations mensongères et fallacieuses du gouvernement, Mr Yahya Dillo n’a reçu aucune convocation de la Police judiciaire moins encore un mandat du parquet général. Cette violation ex nihilo du domicile, suivi de massacre des personnes vulnérables, est répréhensible à tous les points de vue.

L’UFR, constante dans sa lutte contre toute forme des errements dictatoriaux, condamne fermement les actes barbares et abjects du régime despotique du MPS.

L’UFR apporte son soutien indéfectible à tous les efforts consentis par le peuple tchadien face au régime répressif du MPS ; et les actes de crime commis vis–à–vis de Yahya Dillo et sa famille ne nous laissent point indifférents. Nous tenons la communauté internationale à témoin afin de secourir le peuple tchadien en détresse.

Nous demandons aussi à toutes les institutions internationales et surtout aux partenaires au développement de cesser toute concussion avec ce régime caractérisé par un autocratisme sans borne.

Enfin, nous lançons à toute l’opposition politique de boycotter et de ne pas cautionner la mascarade d’élection présidentielle qui se tiendra en Avril prochain.

Une fois de plus, encore nous lançons un appel pressant à l´ONU, l’Union Européenne et l’Union Africaine d’intervenir afin d’arrêter le massacre de la population civile tchadienne.

 

Fait à Francfort le 28.02.2021

Le Porte-Parole de l’UFR

Youssouf Hamid

663 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire