Depuis la semaine dernière, sans le dire pour ne pas créer un effet de psychose, l’armée de Déby a reçu des instructions fermes pour faire face à de probables attaques du mouvement UFR de Timan Erdimi. L’information n’est plus un secret puisque le Tout-N’Djamena en parle, surtout dans les milieux Béri, communauté partagée entre Idriss Déby et ses parents de l’opposition armée.

Joint par nos sources, un officier proche du ministère de la Défense ne s’en cache pas pour affirmer que l’état-major des armées est inquiet d’une incursion à l’Est du pays, alors que la grande muette concentre ses hommes vers le nord, où des opérations coordonnées avec le général Khalifa Haftar sont en préparation avancée.

Comme tout régime, trop longtemps installé au pouvoir avec des relents négatifs, une bonne partie de la population à N’Djamena fustige le régime Déby à cause des diverses injustices prônées. Cette population appelle de ses vœux un changement du système, mais craint gravement un conflit qui risquerait de s’installer dans la durée.

Les bruits de bottes sont inéluctables, malgré la présence de Barkhane, et les appuis de certains pays occidentaux envers le régime d’Idriss Déby. Si l’UFR se fait de plus en plus menaçante à l’Est du pays, il y a aussi le conflit avec les Toubous qui n’est pas encore réglé, malgré les efforts faits par le ministre de la Sécurité ABBA Ali Salah. Si la menace est prise au sérieux à l’Est du pays, le nord du Tchad risquerait aussi de s’embraser avec la descente des mouvements armés qui ne pourront plus continuer à s’installer indéfiniment au Sud libyen, à cause de l’offensive généralisée des forces de Khalifa Haftar qui veut s’emparer et contrôler les frontières sud de son pays. Ses forces contrôlent déjà la majeure partie de la ville de Sebha, et s’activent à étendre leur suprématie jusqu’à la frontière avec le Tchad.

De son côté, depuis son dernier séjour à Amdjarass, Idriss Déby semble convaincu d’un affrontement avec l’UFR, d’ailleurs selon l’avis de certaines sources, il aurait confié à certains proches de s’y préparer.

Pourquoi le conflit sera inéluctable ?

Tout d’abord, la majeure partie de ceux qui étaient un soutien indéfectible de Déby (au sein de sa communauté) dans les guerres antérieures dit clairement leurs mécontentements et affiche sans se cacher leur sympathie avec l’UFR, sinon un autre groupe. L’autre partie des Tchadiens, même si elle ne prend pas position pour l’instant, appelle à un changement du système et n’y voit aucun avenir avec un régime usé.

La non-pacification du conflit avec les Toubous, l’infiltration des mouvements armés à partir du sud de la Libye, et la promesse de l’UFR de reprendre la guerre contre Idriss Déby vont mener le pays vers des affrontements atroces inéluctablement.

Tchadanthropus-tribune

2296 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article