Il est de notoriété publique que depuis des années un énorme gisement d’or a été découvert dans le département d’Abtouyour par une société chinoise.

Cette découverte est la plus importante mine d’or au Tchad, dont les réserves sont estimées à des milliards de FCFA. Mais l’État tchadien refuse d’annoncer officiellement au peuple tchadien pour des raisons que nous ignorons jusqu’ici. Et pourtant le gisement a été localisé par une société chinoise dénommée ” SOCIETE SHANDONG GOLD GROUP “.

Quelques mois après, un groupe de Zakhawa a commencé à exploiter de manière illégale ce gisement d’or ce qui a provoqué le mécontentement de la population locale.

Le comité de réflexion a écrit un article intitulé ” une vive tension dans la région du Guéra ” le 06 décembre 2018 et les intouchables ont été démantelés le samedi 15 décembre 2018. Grâce à l’intervention personnelle du chef de l’État lui-même Idriss Deby Itno, le maréchal du Tchad, dans cette affaire a envoyé son aide de camps en la personne de Ahmat Koussou Moursal auprès de Mahamat Ali Hassaballah, ancien gouverneur du Guéra. Ce dernier a fait effectuer la descende sur le terrain avec les éléments de forces de l’ordre basées à Mongo et Bitkine pour démanteler ce réseau des malfrats qui exploitaient dans l’illégalité totale ce gisement d’or. C’est ainsi que tout était rentré dans l’ordre dans les zones aurifères exploitées illégalement notamment à Mataya, Sara-kenga, Bidété, Djaya et celles de Tomka et Doyo.

Nous rappelons ici, la mise en service de ce gisement nécessite un investissement de milliards de FCFA et générera au moins 1100 emplois, indique un document confidentiel assurant que la recherche d’or s’intensifier dans tout le Guéra. La province du Guéra a des ” potentialités supplémentaires ” et peut-être davantage grâce aux ressources minières dont elle dispose.

Le teneur en or est de 4,52 grammes par tonne. Si la mine produit annuellement 10.000 tonnes, elle pourra fonctionner sans arrêt et à plein régime pendant 40 ans. C’est un bien du peuple tchadien et en principe les documents seront remis au service national de géologie et du sous-sol pour un éventuel projet national pour l’exploitation de ce gisement d’or.

Force est de constater que le Comité de Réflexion observe, malheureusement que le gouvernement a délivré un certificat à un homme d’affaires Zakhawas en la personne de Abdallah Ahmed Bakhit, un Tchado-soudanais et sa société ” SOCIETE AFRIKA ” pour exploiter ce gisement d’or en privé. Et cela est avec la complicité des responsables administratifs, chefs traditionnels-coutumiers et les hommes politiques véreux de ce département.

Le Comité de réflexion s’interroge combien de somme aurait encaissé chacun d’eux ? Des millions sans nulle doute !

Nous sommes profondément choqués et sidérés par le comportement de ces responsables administratifs, chefs traditionnels, coutumiers et politiques de ce département, ils font une grande honte à la population locale livrée à elle-même.

Un an après leur départ de la localité aurifère, nous déplorons aujourd’hui, le retour dans le Guéra des intouchables à leur tête le chef de la société ” SOCIETE AFRIKA ” Abdallah Ahmed Bakhit un Tchado-soudanais.

Le chef de chantier est un chinois, ZHENG KU, le détenteur de l’appareil détecteur de l’or et diamant, c’est le nom qu’il a donné à ses employés sur le terrain vrai ou faux ? Aucune vérification sur son identité moins encore sur sa carte de séjour ! Ils sont entourés et encadrés par au moins 10 brigadiers de la gendarmerie de Bitkine. Autrement dit, les chefs administratifs, les responsables politiques et traditionnels sont complices par rapport aux activités de ce chinois ZHENG KU dans cette zone de gisement d’or.

Auparavant, le Gouvernement avait lui-même évoqué des projets de mises en valeur d’un gisement d’or en 2018. Et cela a commencé dans la province du grand B.E.T précisément dans le Tibesti et a provoqué une vive tension qui a conduit par la force de chose à la mort d’hommes. Ce qui a abouti à la mise en place d’un comité auto-défense des autochtones de la région pour faire face à l’armée tchadienne afin de défendre leurs intérêts.

Le 08 octobre 2020, le porte-parole du Gouvernement Cherif Mahamat Zène a annoncé l’arrêt définitif de l’exploitation illégale de l’or dans tout le Tchad, le comité de réflexion se pose la question de savoir, la province du Guéra n’est-elle pas au Tchad ?

Au regard de ce qui précède en ce moment, le comité de réflexion exprime son indignation et sa réprobation totale face à cette attitude d’exploitation illégale des ressources naturelles d’un département sans tenir compte des avis des citoyens locaux.

Aussi, appelons-nous les responsables administratifs et politiques notamment ceux et celles en charge du Ministère de l’intérieur et des mines de mettre un terme à cette exploitation illégale de l’or qui risque de créer une tension sociale dans toute la province du Guéra et particulièrement dans le département d’Abtouyour. Si rien n’est fait dans un bref délai.

Le comité de réflexion redoute les conséquences pour les populations du Guéra en général dans cette exploitation illégale du gisement d’or, notamment : La Pollution des sols et cours d’eau par l’emploi de produits chimiques, l’exploitation des humains aux vapeurs toxiques, disparition des arbres géants et des forêts vierges territoires entiers transformés en paysages lunaires… L’exploitation aurifère a de terribles répercussions pour l’homme et sur la nature. (Voir les photos).

Si la matière référente qui confère de la valeur aux choses vient à avoir une production toxique envers notre environnement, nous irons au-delà de grands problèmes de santé. C’est pourquoi il faut persévérer dans une voie protectrice de notre écosystème pour éviter le danger.

Par ailleurs, le comité de réflexion attire l’attention des autorités tchadiennes sur l’existence d’un nombre des personnes issues du régime notamment des Zakhawas qui se considèrent intouchables dans cette région en terrorisant la population qui vit la peur au ventre !

Nous n’acceptons pas que des individus prétextant être issus de la communauté au pouvoir se considèrent comme des seigneurs et potentats dans cette province du Guéra, INSOUMISE ET LIBRE.

Le comité de réflexion, par la même occasion, dénonce la détention illégale d’armes à feu par certaines communautés dans la province du Guéra en général et considère cela comme de la provocation à l’encontre du Gouvernement qui doit prendre en main sa responsabilité pour assurer et garantir la sécurité de la population locale.

A cet effet, le Comité de Réflexion interpelle les cadres du Guéra, ceux et celles qui se pensent être incontournables dans les questions se rapportant à la province et qui sont prétendument mandatés pour agir au nom de celle-ci sans l’avis des populations au nom desquelles, ils occupent des postes à responsabilités politiques et administratives.

Ces derniers se taisent en bouchant les oreilles et fermant les yeux devant les Zakhawas, en se laissant conduire comme « les maîtres de la Margaï devant leurs cultes », ce comportement doit cesser maintenant.

Malheureusement, nos vrais cadres du Guéra sont tous aux cimetières, paix à leurs âmes. Le Comité de Réflexion à travers la nouvelle génération est conscient de tous les problèmes du Guéra et particulièrement de département d’Abtouyour. Il prendra sa responsabilité pour défendre l’intérêt général de la population humiliée et exclue de tous les processus.

Cette population du Guéra est toujours trompée par les personnes qui se croient incontournables.

Disons-nous ici que face à ce silence pesant, le Comité de Réflexion appelle les députés de la province du Guéra et particulièrement ceux du département d’Abtouyour à oser prendre la parole au sein de l’hémicycle pour interpeller le gouvernement sur les difficultés que rencontre la population durement éprouvée par la misère et la pauvreté.

Faire arrêter les responsables de la ” SOCIETE AFRIKA ” et le traduire devant la justice ainsi leur chef de chantier le chinois ZHENG KU, qui exploitent en ce moment précis une partie du gisement d’or dans le village de DJAYA à 45 km de la ville de Bitkine.

Les manœuvres travaillent dans des conditions difficiles avec tous les risques possibles en matière de santé puisque les produits toxiques sont utilisés pour faciliter les choses.

La journée est payée à 3000 FCFA par ouvrier ce qui veut dire : 3000 FCFA X 30 jours = 90.000 FCFA.

Un éclairage particulier y est porté sur le rôle des paradis fiscaux et des multinationales européennes et américaines dans ce qui s’apparente à un véritable pillage.

Le Tchad comme le reste de l’Afrique et dans le monde s’opposent à une exploitation incontrôlée des ressources de ce continent qui paye depuis trop longtemps le prix le plus fort de la mondialisation libérale, après avoir suivi les empires coloniaux.

Depuis 2012, un américain s’était installé dans le canton Djonkor-guera à 20 km au sud de la ville de Bitkine qui mène vers Melfi. Il a construit 4 villas en pleine brousse entre 3 collines précisément à DONGUILO à 1 km de la route principale, personne n’y rentre, et a créé une société dénommée “SOCIETE MODERNE DE CONSTRUCTION” (SMC), tous ces employés sont d’originaires du sud du pays de peur d’être dénoncé par les autochtones. Il a tous les appareils détecteurs de diamant et or.

Tout cela est avec la complicité des responsables administratifs, politiques et traditionnels de la localité, ils y trouvent leur compte dans cette affaire avec l’américain dénommé “Moukoulou-blanc”.

Sa méthode consiste à mélanger le carbone et les métaux de transition à très haute pression et température afin de reproduire le processus naturel de la formation du diamant.

Pour l’instant, sa technique permet d’obtenir uniquement des diamants de couleur (jaune, orange, rose et bleu).

Le comité de réflexion demande aux autorités administratives politiques et traditionnelles de démanteler cet américain qui exploit illégalement les ressources naturelles depuis 8 ans dans ce canton Djonkor-guera précisément à Mokolou dans la localité de DONGUILO.

Dans le cas le plus extrême, le village BONLONG à 50 km à l’ouest de la ville de Bitkine qui mène vers N’Djamena.

Il convient de souligner que Bonlong était le premier Poste Administratif (PA) dans le Guéra en 1918, à sa tête le colonel Molle.

Aujourd’hui, ce village de référence connait un conflit ouvert entre autochtones et allogènes venus du Soudan, autour des puits et des terrains favorables aux jardins. Les autorités administratives politiques et traditionnelles ont vendu des terrains à ces allogènes, leurs terrains sont légalisés et cela crée des problèmes entre les autochtones et ces derniers.

Il s’agit essentiellement d’un conflit foncier pour le contrôle des puits d’eau et les terrains propices à l’agriculture et aux jardins vendus à ces derniers par le sous-préfet et le chef de canton.

Nous rappelons aussi que le chef de village Bonlong, Mahamat Kora était convoqué à plusieurs fois au bureau de sous-préfet à Bitkine.

Aujourd’hui, ce conflit est bel et bien là, entre le sous-préfet et le chef de village d’une part et entre le chef de canton et le chef de village d’autre part. Il y a eu des bagarres entre les deux communautés, cela doit cesser à partir de maintenant.

Les soudanais doivent repartir dans leur pays puisque le Tchad appartient aux Tchadiens.

Au nom de la transparence dans l’exploitation des ressources naturelles, le Comité de Réflexion :

Demande une fois de plus au Gouvernement d’informer officiellement le peuple tchadien de cette découverte d’or dans le département d’Abtouyour.

Met en garde le groupe de Zakhawas hétéroclite dans le Guéra d’éviter toute tentative illégale d’exploiter l’or découvert dans le canton Dangueleat-Ouest, dans le canton Djoker-Guéra (département d’Abtouyour) et celui dans le canton Bidio (département du Guéra).

Rappelle que le non-respect des conditions, nous conduira à mettre en place une organisation auto-défense pour dire non à l’accaparation et à la mainmise des ressources locales, biens communs du peuple tchadien. ” Trop c’est trop “.

Appelle au respect de la parole du Maréchal du Tchad, Idriss Deby Itno pour éviter le chaos dans le département d’Abtouyour.

Lance un appel solennel au Maréchal du Tchad, Idriss Deby Itno d’intervenir en personne comme pour la résolution définitive de ces problèmes d’or dans cette zone du Tchad.

Exige le respect de l’article 17 de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH).

1- Toute personne aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à sa propriété.

2- Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Enfin, salue vivement la mise en place du Comité de crise qui a vu le jour à N’Djamena au lendemain de notre publication intitulée ” une vive tension dans la région du Guéra ” et ce comité a fait le déplacement sur le terrain dans les villages cités-ci haut, un voyage était sanctionné par un rapport bien détaillé.

Le comité de réflexion lance un appel solennel aux jeunes à la solidarité et à la mobilisation générale pour barrer la route aux malfrats de la république. Car ce gisement d’or est le bien du peuple tchadien en général et de département d’Abtouyour en particulier.

Poursuivra devant les juridictions compétentes le moment venu tôt ou tard toutes les personnes impliquées dans cette exploitation illégale d’or dans le département d’Abtouyour pour complicité de pillage des biens communs.

Pour le comité de réflexion

Gaya – Ple Seid

Tel : +4748127122

Email : bitkine2002@yahoo.fr

582 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article