Dans une correspondance envoyée à la rédaction, des forces soi-disant de l’ordre aurait bastonnée une femme après lui avoir demandé où se trouve son mari.

D’après plusieurs correspondances, ces genres d’exactions se passent chaque jour dans cette région. S’il y a force de l’ordre, elle doit plutôt être du côté de la population et non du côté de la répression.

Depuis trop longtemps, sous prétexte de l’état d’urgence le régime d’Idriss Déby fait intervenir dans la région son armée comme une force d’occupation et de répression.

Sans chercher à y rajouter, comme nous accusent souvent les proches de la dictature, nous vous laissons entendre le témoignage d’un citoyen de la région du Ouaddaï et l’image de la femme battue. Écouter, analyser, commenter.

Tchadanthropus-tribune

1481 Vues

  • Et que les hommes de droits de l’homme ne doivent rien dénoncer. Des actes inhumains que les forces dites de l’ordre font subir le peuple tchadien.

    Commentaire par Idad Bola le 11 décembre 2019 à 13 h 44 min