Ce samedi 21 mars 2020 a été choisi bon gré mal gré par le comité d’organisation pour l’intronisation du nouveau sultan en cette période de sensibilisation contre le Coronavirus.
 
Si le président de la commission Ahamat Bachir a pu obtenir une dérogation spéciale pour maintenir cette cérémonie malgré un arrêté ministériel interdisant une réunion de plus de 50 personnes, cette intronisation ne s’est pas faite dans les conditions requises à cause d’une population hostile à celui que les Abéchois appellent dorénavant le sultan Chérif Corona. Pratiquement dans toute la ville, il y eut une protestation de la population, de la majorité des chefs de quartiers.
 
Les gendarmes sous les ordres du gouverneur ont encore chargé le peuple Abéchois qui protestait, causant la mort d’une femme et blessant deux autres. Partout dans la ville, la police était intervenue en lançant des grenades lacrymogènes sur la population afin de la disperser.
 
De point de vue structurel, à la veille de l’intronisation, les représentants des tribus arabes se sont désolidarisés du comité d’organisation à cause du non-respect des rites et us qui engendraient ces genres de cérémonie.
 
Mr Oumar Hamdan Iguemir qui était le 2e vice-président de comité d’organisation et les autres présidents et adjoints de commission (Ahamat Oumar Ahamat, Habib Mahamat Abdelaziz, Dr Mahamat Ahamat Abou Sahar, Maouloud Izzedine) et la 2e vice-présidente du secrétariat général (Mme Mariam Abdelaziz) plus les 18 membres ont tous donné leur démission pour se désolidariser du non-respect des procédures. Le gouverneur Ramadan Erdoubou a pris de suite la décision de suspendre le chef de canton arabe le cheikh Ali Hamdan Iguemir pour 3 mois alors qu’il n’a aucune prérogative. Une méthode manu militari pour faire peur et imposer un état de fait.
 
Face à la situation, le député Zackaria Mahamat Saleh a pris la parole devant une réunion des communautés arabes pour expliquer le dérouler des évènements.
 
À Abéché ce matin, la population attendue pour venir célébrer l’intronisation s’est mue en insurrection et dans la foulée, le bureau du nouveau sultan chérif Corona fut incendié.
 
Ce soir dans la ville principale du Ouaddaï la tension est très vive. La population a démontré au pouvoir s’il est nécessaire que ce nouveau sultan ne soit pas le bienvenu, et que l’imposer de la sorte sera lourd de conséquences tôt ou tard.
 
Il y a des comportements qui trahissent facilement quand on n’est pas à sa place. Il suffit juste de voir les images de l’intronisation. Un vrai sultan est majestueux par son comportement. Il ne fait pas des signes de victoires comme un supporteur de football qui vient de gagner un match. Tel un gladiateur il brandit ses bras comme pour défier la majorité des Ouaddaïens qui ne le portent pas sur le cœur. Un vrai sultan doit faire l’unanimité et embrasser tout un peuple dont il est le garant.
 
Maintenant, la grande honte demeure sur ceux-là, les fils de la région, les fils du Ouaddaï qui connaissent la vérité, mais qui courbent l’échine sous le poids de l’hypocrisie. Il y a l’histoire, la seule qui juge. Et celle-là n’épargnera point tous les badauds de circonstance.
 
 

Tchadanthropus-tribune

2211 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article