Entre le 19 au 21 mars 2020, le protocole d’Idriss Déby a prévu la présence de Déby à Abéché dans la grande ville du Ouaddaï. Cette visite est inappropriée au moment où un sultan décrété et ayant ses faveurs va être installé. De mémoire de république et de la chose régalienne, un président de la République ne vient pas assister à l’intronisation d’un sultan. S’il l’a fait lors de l’intronisation de son neveu à Amdjaress dans un autre contexte et sans contestation, sa présence à Abéché alors qu’une bonne majorité de la population est hostile à cette désignation et intronisation s’avère inadéquate.

Il faut le rappeler que dernièrement lors de l’intervention des forces envoyée par le gouverneur Ramadan Erdoubou pour déloger la légitime famille Ourada de son domicile, il y a eu deux morts et plusieurs blessés.

Depuis la nomination de ce Chérif Abdelhadi Mahdi, toute la région du Ouaddaï et notamment la ville d’Abéché vit dans une tension sans commune mesure. Le pouvoir le sait très bien, mais continue de surfer sur ces divisions pour imposer ses désirs. Sans domicile fixe, ledit sultan autoproclamé crèche dans le camp des forces mixtes TCHAD/Soudan, sachant l’animosité de la population à son encontre.

C’est qui est inexact, est l’attitude de l’ancien ministre de la Sécurité Ahamat Bachir, qui trouve là l’occasion belle de présider une commission qui scellera l’injustice. Bachir va de cette manière associer son nom qui sera gravé dans le marbre sacré des Ouaddaïens, lui le fils de la région qui connaît l’histoire de son peuple. “ Que ne fera-t-on pas pour avoir les faveurs d’Idriss Déby ? même des hommes faisant la danse du ventre “

C’est dans cette atmosphère qu’Idriss Déby compte venir à Abéché pour piloter lui-même cette injustice. Reste à la famille Ourada l’honneur de ne pas accepter l’humiliation que le pouvoir lui réserve en la chassant du domicile de ses ancêtres afin qu’un vassal de contrée ne puisse y loger.

Ailleurs les défis en forme d’injustice transcendent les valeurs de résistance. Il n’y a qu’avec le régime MPS que le peuple tchadien a cessé d’exister.

Pauvre tchadien

Tchadanthropus-tribune

1624 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article