Si la diplomatie européenne a pris acte, via son représentant Josep Borrell, de la mise en place d’un Conseil militaire de transition (CMT) tchadien dirigé par Mahamat Idriss Déby, la gauche européenne tente, elle, de faire condamner cette prise de pouvoir par le Parlement. La Française Michèle Rivasi (Les Verts-Alliance libre européenne) et l’Espagnol Miguel Urbán Crespo (Groupe de la gauche européenne, comprenant notamment Podemos et La France insoumise) proposeront ce mercredi une résolution en ce sens à l’assemblée européenne. La version finale de ce texte doit être présentée le 17 mai en séance plénière. Celui-ci, qui “dénonce et condamne le coup d’État militaire perpétré le 20 avril 2021 par le Conseil militaire de transition”, appelle au lancement d’une procédure de sanction contre le Tchad et au gel des avoirs du fils du président défunt Idriss Déby.

Les groupes de gauche, sous l’impulsion d’un intense travail de lobbying de l’ONG de défense des droits de l’homme Tournons la page, pourraient partir unis sur ce texte, puisque l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates a donné son accord en fin de semaine dernière. Reste maintenant à convaincre une partie du centre et de la droite, notamment allemande (CDU), réservée sur la transition militaire.

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

800 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire