C’est en présence de tout le personnel de la primature qu’a eu lieu ce 22 janvier 2013, la cérémonie de passation de service entre le chef du Gouvernement sortant Emmanuel Nadingar et l’entrant, Djimrangar Dadnadji Joseph. L’émotion était grande pour les anciens collaborateurs du Premier Ministre sortant. «Nous avons passé de meilleurs moment de travail ensemble. L’administration est une continuité, nous allons composer avec le nouveau dans la joie et la paix et cela dans l’intérêt de servir notre pays», chuchotent à nos oreilles un des anciens collaborateurs. En faisant le bilan de ses activités durant les deux ans et 10 mois passé à la tête de la primature, l’ancien chef Gouvernement, Emmanuel Nadingar, a souligné que le bilan est positif. «Il y a eu la construction de la cimenterie, la construction des milliers de routes, les hôpitaux, les écoles. L’image du Tchad a changé», a affirmé l’ex- Premier Ministre en faisant son bilan. Il a exhorté les agents de la primature à garder le même élan pour aider le nouveau à travailler main dans la main afin de parachever ce qu’il a entrepris.

 

 
© gouvernementdutchad.org 
Image de la passation de service entre le PM entrant et celui sortant

Les paresseux n’ont pas leur place à la primature

Intervenant à son tour, le nouveau patron de la primature, Dadnadji Djimrangar Joseph a remercié le chef de l’Etat pour cette reconnaissance avant d’indiquer comment il entend travailler. «La primature est le sommet de notre administration. Si elle ne marche pas, rien ne marchera en bas. Je serais trop regardant sur l’administration. Nous sommes chargés de faire fonctionner une administration moderne. La valeur d’un homme dépend de ce qu’il fait. Il faut travailler» martèle alors le nouveau Premier Ministre. Et d’avertir les paresseux et certains agents qui s’adonnent à certaines mauvaises pratiques: « J’ai une faiblesse: je ne m’entends pas avec les paresseux. La primature est le chapeau de notre administration, nous devons donner un bon exemple. La mauvaise gouvernance n’est pas seulement voler. Beaucoup de personnes ne travaillent pas, ils entassent des dossiers et lorsqu’ils ne comprennent pas, ils mettent au tiroir. Ils utilisent les véhicules de l’Etat pour faire leur course, ou encore ils mettent à la disposition de leurs femmes pour aller aux marchés. Tout cela détourne l’administration de ses objectifs». De nombreux agents ont souligné que cette déclaration est un avertissement non pas seulement pour la Primature mais pour toutes les institutions de l’Etat.

Par Edouard Takadji

 

170 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article