Ces informations disponibles auprès du ministère de l’économie à l’INSEED. L’État n’arrive pas à dire la vérité en la vulgarisation aux tchadiens faut que d’autres viennent les ressortir et font comme si c’est leur travail.

C’est effroyable le cas de la santé au Tchad

Sur le plan sanitaire, le rapport de la Banque mondiale titré « Tchad : évaluation de la pauvreté, fait un état des lieux alarmant.

D’après le rapport, les enfants nés dans les zones urbaines ont plus de chance de survivre après l’âge de cinq ans, plus de chance de recevoir les huit vaccins de base et moins de risque de retard de croissance.

« Au niveau national, le taux de mortalité des moins de cinq ans est passé de 185,1 décès pour 1000 naissances vivantes en 2000 à 113,8 en 2019, mais reste supérieur aux taux des pays voisins, bien au-dessus de la moyenne de l’ASS de 76 décès pour 1000 naissances vivantes, et plus quatre l’objectif ODD de 25 décès pour 1000 naissances vivantes », détaille le document.

Les principales causes de décès des moins de 5 ans au Tchad sont l’asphyxie à la naissance (32,2%), la prématurité (27,9%) et la septicémie (15,8%). On estime que plus de 80% de tous les décès de nouveau-nés pourraient être évités par l’accès à un fournisseur de soins de santé qualifié, « mais le Tchad continue de faire face à une pénurie d’agents de santé avec seulement 0,4 médecins et 5,6 autres personnels médicaux pour 10.000 personnes. Près de la moitié des médecins tchadiens sont à N’Djamena, et très peu de médecins sont en milieu rural ».

« Les taux de mortalité des moins de cinq ans avaient tendance à être plus élevés parmi les plus pauvres et les régions du nord avaient la couverture sociale la plus faible .»

En 2016, rappelle le rapport, seuls 22% des enfants âgés de 12 à 23 mois étaient complètement vaccinés, avec une couverture pour les taux de tétanos/diphtérie à 50% en 2017 et une couverture pour la rougeole à 41% en 2019. Dans toutes les régions, les taux de couverture vaccinale allaient de 56% à l’extrême sud à 19% dans le nord.

« En 2017, la distance moyenne jusqu’à un établissement de santé était de trois kilomètres en milieu urbain et de cinq kilomètres en milieu rural », compare le document de 184 pages, publié il y a quelque temps.

Le taux de retard de croissance au Tchad est élevé par rapport aux pays ayant un niveau de PIB ( 6 406 milliards de F.CFA en 2019) similaire, et deux enfants sur cinq atteignent l’âge scolaire avec  un désavantage cognitif potentiel par rapport à leurs pairs sans retard de croissance.

Tchadanthropus-tribune

263 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire