Chaque année, les Tchadiens observent avec amertume les traitements inhumains que leur infligent leurs propres compatriotes désignés pour organiser le pèlerinage annuel sur la terre sainte de l’Islam. Des individus sans foi ni loi, qui pensent que leur tour est venu de venir s’enrichir sur la sueur de leurs propres compatriotes. Aucune intégrité, aucune morale, le monde entier regarde effaré des criminels financiers qui se jouent de la santé des fils et filles du Tchad. Pourtant le pouvoir public le sait, mais ne prend jamais de décisions pouvant éradiquer cette malédiction d’enrichissement illicite. De la tête aux pieds, la corruption et les détournements gangrènent les responsables en charge de l’organisation. Hébergement au rabais, mauvaise organisation, absence d’alimentation, Transport absent, le comité des pèlerins grignote sur chaque marge pour s’enrichir. Chaque année, un responsable haut perché favorise la nomination d’un proche pour se gaver, pour s’illustrer dans le faux. Au dernier pèlerinage, 4500 pèlerins tchadiens abandonnés à la Mecque sans nourriture dans des conditions lamentables. Pour leur retour au pays, un 1er vol de 200 pèlerins puis rien. Sans ressources plusieurs de nos compatriotes sont à l’abandon sur place. L’État regarde avec complaisance et se désengage de toute responsabilité. Qui faudrait-il questionner ? Le comité de Haj ? Tous les mêmes. Pourquoi ailleurs dans d’autres pays les choses se passent normalement sauf dans le nôtre ? Une équation qui devrait faire réfléchir, car on peut toujours tromper l’humain, mais Dieu, c’est toute autre chose… À suivre.

 

Tchadanthropus-tribune

 

2119 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article